Plan de circulation à Lille: L'usage du vélo en plein boom

TRANSPORTS Les derniers résultats d'une étude de l'association Droit au vélo montrent une explosion du nombre de cyclistes...

Olivier Aballain

— 

Lille, le 8 septembre 2016 - Un cycliste sur le boulevard de la liberte, a Lille
Lille, le 8 septembre 2016 - Un cycliste sur le boulevard de la liberte, a Lille — Olivier Aballain / 20 Minutes

Un peu plus de six mois après l’entrée en vigueur du nouveau plan de circulation, le big-bang annoncé a bien eu lieu… pour les vélos.

>> A lire aussi : Gagnants et perdants du plan de circulation à Lille

D’après la dernière étude de comptage publiée par l’association Droit au vélo, le nombre de cyclistes observés dans la métropole lilloise a bondi de 42 % en moyenne sur un an, au deuxième semestre 2016.

Tous les points de comptage sont en progression

L’étude, qui reprend les données compilées pour le compte du Cerema (un centre d’études placé notamment sous la tutelle du ministère des Transports), compare le premier semestre d’application du nouveau plan de circulation, à la situation au 2e semestre 2015.

Comptage vélos 2015 2016

Et les résultats sont clairs : tous les points de comptage affichent une forte progression du nombre de vélos, du petit +16 % de la porte d’Arras, pourtant compliquée pour les deux-roues, au +71 % (111 vélos par heure) constaté à rue du Général de Gaulle, à La Madeleine.

Report vers le vélo

A l’association Droit au Vélo, Sébastien Torro-Tokodi compare ce boom au coup de fouet déjà vécu avec la mise en place du système V’Lille de vélos en libre-service, en 2011. « La progression est marquée, même sur les points qui ne bénéficient d’aucun aménagement cyclable, comme la rue du Général de Gaulle, à La Madeleine. »

>> A lire aussi : Le débat sur le plan de circulation lillois se déplace en périphérie

Pour le responsable associatif, la politique du plan de circulation est donc validée. « Comme aux Pays-Bas dans les années 1970, le fait de rendre la circulation plus difficile pour les voitures dans le centre-ville, provoque un report significatif vers le vélo ».

Pour l’ADAV, il reste toutefois à obtenir le même effet dans les communes périphériques, et à mieux traiter les grands axes pour y favoriser le vélo.

Pour ce faire, la métropole de Lille (MEL) a d’ailleurs voté en décembre un plan d’investissement de 10 millions d’euros par an sur trois ans. L’objectif est notamment de résorber les « coupures » de trajet qui rendent encore le vélo dangereux sur certains axes.