Picardie : Hasard ou coïncidence? Cinq voitures de policiers incendiées en 4 jours

POLICE La justice a relevé cinq incendies de voitures personnelles de policiers, sur les quatre derniers jours, en Picardie…

O.A. avec AFP
— 
Lille, le 15 janvier 2017 - Un vehicule de police
Lille, le 15 janvier 2017 - Un vehicule de police — Olivier Aballain / 20 Minutes

Dans le contexte actuel, la coïncidence intrigue. Cinq voitures personnelles de policiers ont été incendiées depuis lundi dans l’Aisne et l’Oise, a appris l’AFP jeudi, de sources concordantes.

Pour autant, aucun lien entre les différentes affaires n’a été clairement établi.

Incendiées près du domicile personnel des propriétaires

Dans la nuit de lundi à mardi d’abord, les voitures de deux policiers ont été brûlées à proximité de leurs domiciles respectifs à Sainte-Geneviève et à Lachapelle-Saint-Pierre, dans l’Oise, a affirmé le parquet de Beauvais.

Puis mercredi matin, dans une petite ville près de Compiègne (Oise), deux voitures d’un couple de policiers travaillant dans le Val-d’Oise ont été brûlées, selon une source proche de l’enquête.

Et enfin, dans la nuit de mercredi à jeudi, « la voiture d’un policier, garée à proximité de son domicile, a été brûlée dans le centre-ville de Soissons », dans l’Aisne, a indiqué le parquet de cette ville. Selon cette source, ce policier travaille au commissariat de Soissons.

Prudence du côté des enquêteurs

A la suite de ce dernier incendie, les services du procureur de la République, à Soissons, se voulaient prudents quant aux motivations des auteurs de ces incendies apparemment volontaires.

« Il n’y a rien qui permette de dire qu’il y a un lien entre toutes ces affaires, précise le parquet, si ce n’est qu’effectivement il s’agit à chaque fois de voitures de fonctionnaires de police, que ce sont les mêmes types de cibles. Mais les individus qui ont brûlé ces différentes voitures sont-ils les mêmes ? On ne sait pas ». Le parquet ajoute qu’il n’y a pas eu d’interpellations, à ce stade.

Une enquête pour « destruction par incendie » a néanmoins été ouverte, et confiée à la section de recherches de la gendarmerie, basée à Amiens, et à la police judiciaire de Lille.

contexte actuel

Dans le contexte actuel, la coïncidence intrigue. Cinq voitures personnelles de policiers ont été incendiées depuis lundi dans l’Aisne et l’Oise, a appris l’AFP jeudi, de sources concordantes.

Pour autant, aucun lien entre les différentes affaires n’a été clairement établi.

Incendiées près du domicile personnel des propriétaires

Dans la nuit de lundi à mardi d’abord, les voitures de deux policiers ont été brûlées à proximité de leurs domiciles respectifs à Sainte-Geneviève et à Lachapelle-Saint-Pierre, dans l’Oise, a affirmé le parquet de Beauvais.

Puis mercredi matin, dans une petite ville près de Compiègne (Oise), deux voitures d’un couple de policiers travaillant dans le Val-d’Oise ont été brûlées, selon une source proche de l’enquête.

Et enfin, dans la nuit de mercredi à jeudi, « la voiture d’un policier, garée à proximité de son domicile, a été brûlée dans le centre-ville de Soissons », dans l’Aisne, a indiqué le parquet de cette ville. Selon cette source, ce policier travaille au commissariat de Soissons.

Prudence du côté des enquêteurs

A la suite de ce dernier incendie, les services du procureur de la République, à Soissons, se voulaient prudents quant aux motivations des auteurs de ces incendies apparemment volontaires.

« Il n’y a rien qui permette de dire qu’il y a un lien entre toutes ces affaires, précise le parquet, si ce n’est qu’effectivement il s’agit à chaque fois de voitures de fonctionnaires de police, que ce sont les mêmes types de cibles. Mais les individus qui ont brûlé ces différentes voitures sont-ils les mêmes ? On ne sait pas ». Le parquet ajoute qu’il n’y a pas eu d’interpellations, à ce stade.

Une enquête pour « destruction par incendie » a néanmoins été ouverte, et confiée à la section de recherches de la gendarmerie, basée à Amiens, et à la police judiciaire de Lille.


Dans le contexte actuel, la coïncidence intrigue. Cinq voitures personnelles de policiers ont été incendiées depuis lundi dans l’Aisne et l’Oise, a appris l’AFP jeudi, de sources concordantes.

Pour autant, aucun lien entre les différentes affaires n’a été clairement établi.

Incendiées près du domicile personnel des propriétaires

Dans la nuit de lundi à mardi d’abord, les voitures de deux policiers ont été brûlées à proximité de leurs domiciles respectifs à Sainte-Geneviève et à Lachapelle-Saint-Pierre, dans l’Oise, a affirmé le parquet de Beauvais.

Puis mercredi matin, dans une petite ville près de Compiègne (Oise), deux voitures d’un couple de policiers travaillant dans le Val-d’Oise ont été brûlées, selon une source proche de l’enquête.

Et enfin, dans la nuit de mercredi à jeudi, « la voiture d’un policier, garée à proximité de son domicile, a été brûlée dans le centre-ville de Soissons », dans l’Aisne, a indiqué le parquet de cette ville. Selon cette source, ce policier travaille au commissariat de Soissons.

Prudence du côté des enquêteurs

A la suite de ce dernier incendie, les services du procureur de la République, à Soissons, se voulaient prudents quant aux motivations des auteurs de ces incendies apparemment volontaires.

« Il n’y a rien qui permette de dire qu’il y a un lien entre toutes ces affaires, précise le parquet, si ce n’est qu’effectivement il s’agit à chaque fois de voitures de fonctionnaires de police, que ce sont les mêmes types de cibles. Mais les individus qui ont brûlé ces différentes voitures sont-ils les mêmes ? On ne sait pas ». Le parquet ajoute qu’il n’y a pas eu d’interpellations, à ce stade.

Une enquête pour « destruction par incendie » a néanmoins été ouverte, et confiée à la section de recherches de la gendarmerie, basée à Amiens, et à la police judiciaire de Lille.


Dans le contexte actuel, la coïncidence intrigue. Cinq voitures personnelles de policiers ont été incendiées depuis lundi dans l’Aisne et l’Oise, a appris l’AFP jeudi, de sources concordantes.

Pour autant, aucun lien entre les différentes affaires n’a été clairement établi.

Incendiées près du domicile personnel des propriétaires

Dans la nuit de lundi à mardi d’abord, les voitures de deux policiers ont été brûlées à proximité de leurs domiciles respectifs à Sainte-Geneviève et à Lachapelle-Saint-Pierre, dans l’Oise, a affirmé le parquet de Beauvais.

Puis mercredi matin, dans une petite ville près de Compiègne (Oise), deux voitures d’un couple de policiers travaillant dans le Val-d’Oise ont été brûlées, selon une source proche de l’enquête.

Et enfin, dans la nuit de mercredi à jeudi, « la voiture d’un policier, garée à proximité de son domicile, a été brûlée dans le centre-ville de Soissons », dans l’Aisne, a indiqué le parquet de cette ville. Selon cette source, ce policier travaille au commissariat de Soissons.

Prudence du côté des enquêteurs

A la suite de ce dernier incendie, les services du procureur de la République, à Soissons, se voulaient prudents quant aux motivations des auteurs de ces incendies apparemment volontaires.

« Il n’y a rien qui permette de dire qu’il y a un lien entre toutes ces affaires, précise le parquet, si ce n’est qu’effectivement il s’agit à chaque fois de voitures de fonctionnaires de police, que ce sont les mêmes types de cibles. Mais les individus qui ont brûlé ces différentes voitures sont-ils les mêmes ? On ne sait pas ». Le parquet ajoute qu’il n’y a pas eu d’interpellations, à ce stade.

Une enquête pour « destruction par incendie » a néanmoins été ouverte, et confiée à la section de recherches de la gendarmerie, basée à Amiens, et à la police judiciaire de Lille.


Dans le contexte actuel, la coïncidence intrigue. Cinq voitures personnelles de policiers ont été incendiées depuis lundi dans l’Aisne et l’Oise, a appris l’AFP jeudi, de sources concordantes.

Pour autant, aucun lien entre les différentes affaires n’a été clairement établi.

Incendiées près du domicile personnel des propriétaires

Dans la nuit de lundi à mardi d’abord, les voitures de deux policiers ont été brûlées à proximité de leurs domiciles respectifs à Sainte-Geneviève et à Lachapelle-Saint-Pierre, dans l’Oise, a affirmé le parquet de Beauvais.

Puis mercredi matin, dans une petite ville près de Compiègne (Oise), deux voitures d’un couple de policiers travaillant dans le Val-d’Oise ont été brûlées, selon une source proche de l’enquête.

Et enfin, dans la nuit de mercredi à jeudi, « la voiture d’un policier, garée à proximité de son domicile, a été brûlée dans le centre-ville de Soissons », dans l’Aisne, a indiqué le parquet de cette ville. Selon cette source, ce policier travaille au commissariat de Soissons.

Prudence du côté des enquêteurs

A la suite de ce dernier incendie, les services du procureur de la République, à Soissons, se voulaient prudents quant aux motivations des auteurs de ces incendies apparemment volontaires.

« Il n’y a rien qui permette de dire qu’il y a un lien entre toutes ces affaires, précise le parquet, si ce n’est qu’effectivement il s’agit à chaque fois de voitures de fonctionnaires de police, que ce sont les mêmes types de cibles. Mais les individus qui ont brûlé ces différentes voitures sont-ils les mêmes ? On ne sait pas ». Le parquet ajoute qu’il n’y a pas eu d’interpellations, à ce stade.

Une enquête pour « destruction par incendie » a néanmoins été ouverte, et confiée à la section de recherches de la gendarmerie, basée à Amiens, et à la police judiciaire de Lille.


Dans le contexte actuel, la coïncidence intrigue. Cinq voitures personnelles de policiers ont été incendiées depuis lundi dans l’Aisne et l’Oise, a appris l’AFP jeudi, de sources concordantes.

Pour autant, aucun lien entre les différentes affaires n’a été clairement établi.

Incendiées près du domicile personnel des propriétaires

Dans la nuit de lundi à mardi d’abord, les voitures de deux policiers ont été brûlées à proximité de leurs domiciles respectifs à Sainte-Geneviève et à Lachapelle-Saint-Pierre, dans l’Oise, a affirmé le parquet de Beauvais.

Puis mercredi matin, dans une petite ville près de Compiègne (Oise), deux voitures d’un couple de policiers travaillant dans le Val-d’Oise ont été brûlées, selon une source proche de l’enquête.

Et enfin, dans la nuit de mercredi à jeudi, « la voiture d’un policier, garée à proximité de son domicile, a été brûlée dans le centre-ville de Soissons », dans l’Aisne, a indiqué le parquet de cette ville. Selon cette source, ce policier travaille au commissariat de Soissons.

Prudence du côté des enquêteurs

A la suite de ce dernier incendie, les services du procureur de la République, à Soissons, se voulaient prudents quant aux motivations des auteurs de ces incendies apparemment volontaires.

« Il n’y a rien qui permette de dire qu’il y a un lien entre toutes ces affaires, précise le parquet, si ce n’est qu’effectivement il s’agit à chaque fois de voitures de fonctionnaires de police, que ce sont les mêmes types de cibles. Mais les individus qui ont brûlé ces différentes voitures sont-ils les mêmes ? On ne sait pas ». Le parquet ajoute qu’il n’y a pas eu d’interpellations, à ce stade.

Une enquête pour « destruction par incendie » a néanmoins été ouverte, et confiée à la section de recherches de la gendarmerie, basée à Amiens, et à la police judiciaire de Lille.

deux voitures d’un couple de policiers

Dans le contexte actuel, la coïncidence intrigue. Cinq voitures personnelles de policiers ont été incendiées depuis lundi dans l’Aisne et l’Oise, a appris l’AFP jeudi, de sources concordantes.

Pour autant, aucun lien entre les différentes affaires n’a été clairement établi.

Incendiées près du domicile personnel des propriétaires

Dans la nuit de lundi à mardi d’abord, les voitures de deux policiers ont été brûlées à proximité de leurs domiciles respectifs à Sainte-Geneviève et à Lachapelle-Saint-Pierre, dans l’Oise, a affirmé le parquet de Beauvais.

Puis mercredi matin, dans une petite ville près de Compiègne (Oise), deux voitures d’un couple de policiers travaillant dans le Val-d’Oise ont été brûlées, selon une source proche de l’enquête.

Et enfin, dans la nuit de mercredi à jeudi, « la voiture d’un policier, garée à proximité de son domicile, a été brûlée dans le centre-ville de Soissons », dans l’Aisne, a indiqué le parquet de cette ville. Selon cette source, ce policier travaille au commissariat de Soissons.

Prudence du côté des enquêteurs

A la suite de ce dernier incendie, les services du procureur de la République, à Soissons, se voulaient prudents quant aux motivations des auteurs de ces incendies apparemment volontaires.

« Il n’y a rien qui permette de dire qu’il y a un lien entre toutes ces affaires, précise le parquet, si ce n’est qu’effectivement il s’agit à chaque fois de voitures de fonctionnaires de police, que ce sont les mêmes types de cibles. Mais les individus qui ont brûlé ces différentes voitures sont-ils les mêmes ? On ne sait pas ». Le parquet ajoute qu’il n’y a pas eu d’interpellations, à ce stade.

Une enquête pour « destruction par incendie » a néanmoins été ouverte, et confiée à la section de recherches de la gendarmerie, basée à Amiens, et à la police judiciaire de Lille.


Dans le contexte actuel, la coïncidence intrigue. Cinq voitures personnelles de policiers ont été incendiées depuis lundi dans l’Aisne et l’Oise, a appris l’AFP jeudi, de sources concordantes.

Pour autant, aucun lien entre les différentes affaires n’a été clairement établi.

Incendiées près du domicile personnel des propriétaires

Dans la nuit de lundi à mardi d’abord, les voitures de deux policiers ont été brûlées à proximité de leurs domiciles respectifs à Sainte-Geneviève et à Lachapelle-Saint-Pierre, dans l’Oise, a affirmé le parquet de Beauvais.

Puis mercredi matin, dans une petite ville près de Compiègne (Oise), deux voitures d’un couple de policiers travaillant dans le Val-d’Oise ont été brûlées, selon une source proche de l’enquête.

Et enfin, dans la nuit de mercredi à jeudi, « la voiture d’un policier, garée à proximité de son domicile, a été brûlée dans le centre-ville de Soissons », dans l’Aisne, a indiqué le parquet de cette ville. Selon cette source, ce policier travaille au commissariat de Soissons.

Prudence du côté des enquêteurs

A la suite de ce dernier incendie, les services du procureur de la République, à Soissons, se voulaient prudents quant aux motivations des auteurs de ces incendies apparemment volontaires.

« Il n’y a rien qui permette de dire qu’il y a un lien entre toutes ces affaires, précise le parquet, si ce n’est qu’effectivement il s’agit à chaque fois de voitures de fonctionnaires de police, que ce sont les mêmes types de cibles. Mais les individus qui ont brûlé ces différentes voitures sont-ils les mêmes ? On ne sait pas ». Le parquet ajoute qu’il n’y a pas eu d’interpellations, à ce stade.

Une enquête pour « destruction par incendie » a néanmoins été ouverte, et confiée à la section de recherches de la gendarmerie, basée à Amiens, et à la police judiciaire de Lille.


Dans le contexte actuel, la coïncidence intrigue. Cinq voitures personnelles de policiers ont été incendiées depuis lundi dans l’Aisne et l’Oise, a appris l’AFP jeudi, de sources concordantes.

Pour autant, aucun lien entre les différentes affaires n’a été clairement établi.

Incendiées près du domicile personnel des propriétaires

Dans la nuit de lundi à mardi d’abord, les voitures de deux policiers ont été brûlées à proximité de leurs domiciles respectifs à Sainte-Geneviève et à Lachapelle-Saint-Pierre, dans l’Oise, a affirmé le parquet de Beauvais.

Puis mercredi matin, dans une petite ville près de Compiègne (Oise), deux voitures d’un couple de policiers travaillant dans le Val-d’Oise ont été brûlées, selon une source proche de l’enquête.

Et enfin, dans la nuit de mercredi à jeudi, « la voiture d’un policier, garée à proximité de son domicile, a été brûlée dans le centre-ville de Soissons », dans l’Aisne, a indiqué le parquet de cette ville. Selon cette source, ce policier travaille au commissariat de Soissons.

Prudence du côté des enquêteurs

A la suite de ce dernier incendie, les services du procureur de la République, à Soissons, se voulaient prudents quant aux motivations des auteurs de ces incendies apparemment volontaires.

« Il n’y a rien qui permette de dire qu’il y a un lien entre toutes ces affaires, précise le parquet, si ce n’est qu’effectivement il s’agit à chaque fois de voitures de fonctionnaires de police, que ce sont les mêmes types de cibles. Mais les individus qui ont brûlé ces différentes voitures sont-ils les mêmes ? On ne sait pas ». Le parquet ajoute qu’il n’y a pas eu d’interpellations, à ce stade.

Une enquête pour « destruction par incendie » a néanmoins été ouverte, et confiée à la section de recherches de la gendarmerie, basée à Amiens, et à la police judiciaire de Lille.


Dans le contexte actuel, la coïncidence intrigue. Cinq voitures personnelles de policiers ont été incendiées depuis lundi dans l’Aisne et l’Oise, a appris l’AFP jeudi, de sources concordantes.

Pour autant, aucun lien entre les différentes affaires n’a été clairement établi.

Incendiées près du domicile personnel des propriétaires

Dans la nuit de lundi à mardi d’abord, les voitures de deux policiers ont été brûlées à proximité de leurs domiciles respectifs à Sainte-Geneviève et à Lachapelle-Saint-Pierre, dans l’Oise, a affirmé le parquet de Beauvais.

Puis mercredi matin, dans une petite ville près de Compiègne (Oise), deux voitures d’un couple de policiers travaillant dans le Val-d’Oise ont été brûlées, selon une source proche de l’enquête.

Et enfin, dans la nuit de mercredi à jeudi, « la voiture d’un policier, garée à proximité de son domicile, a été brûlée dans le centre-ville de Soissons », dans l’Aisne, a indiqué le parquet de cette ville. Selon cette source, ce policier travaille au commissariat de Soissons.

Prudence du côté des enquêteurs

A la suite de ce dernier incendie, les services du procureur de la République, à Soissons, se voulaient prudents quant aux motivations des auteurs de ces incendies apparemment volontaires.

« Il n’y a rien qui permette de dire qu’il y a un lien entre toutes ces affaires, précise le parquet, si ce n’est qu’effectivement il s’agit à chaque fois de voitures de fonctionnaires de police, que ce sont les mêmes types de cibles. Mais les individus qui ont brûlé ces différentes voitures sont-ils les mêmes ? On ne sait pas ». Le parquet ajoute qu’il n’y a pas eu d’interpellations, à ce stade.

Une enquête pour « destruction par incendie » a néanmoins été ouverte, et confiée à la section de recherches de la gendarmerie, basée à Amiens, et à la police judiciaire de Lille.


Dans le contexte actuel, la coïncidence intrigue. Cinq voitures personnelles de policiers ont été incendiées depuis lundi dans l’Aisne et l’Oise, a appris l’AFP jeudi, de sources concordantes.

Pour autant, aucun lien entre les différentes affaires n’a été clairement établi.

Incendiées près du domicile personnel des propriétaires

Dans la nuit de lundi à mardi d’abord, les voitures de deux policiers ont été brûlées à proximité de leurs domiciles respectifs à Sainte-Geneviève et à Lachapelle-Saint-Pierre, dans l’Oise, a affirmé le parquet de Beauvais.

Puis mercredi matin, dans une petite ville près de Compiègne (Oise), deux voitures d’un couple de policiers travaillant dans le Val-d’Oise ont été brûlées, selon une source proche de l’enquête.

Et enfin, dans la nuit de mercredi à jeudi, « la voiture d’un policier, garée à proximité de son domicile, a été brûlée dans le centre-ville de Soissons », dans l’Aisne, a indiqué le parquet de cette ville. Selon cette source, ce policier travaille au commissariat de Soissons.

Prudence du côté des enquêteurs

A la suite de ce dernier incendie, les services du procureur de la République, à Soissons, se voulaient prudents quant aux motivations des auteurs de ces incendies apparemment volontaires.

« Il n’y a rien qui permette de dire qu’il y a un lien entre toutes ces affaires, précise le parquet, si ce n’est qu’effectivement il s’agit à chaque fois de voitures de fonctionnaires de police, que ce sont les mêmes types de cibles. Mais les individus qui ont brûlé ces différentes voitures sont-ils les mêmes ? On ne sait pas ». Le parquet ajoute qu’il n’y a pas eu d’interpellations, à ce stade.

Une enquête pour « destruction par incendie » a néanmoins été ouverte, et confiée à la section de recherches de la gendarmerie, basée à Amiens, et à la police judiciaire de Lille.


Dans le contexte actuel, la coïncidence intrigue. Cinq voitures personnelles de policiers ont été incendiées depuis lundi dans l’Aisne et l’Oise, a appris l’AFP jeudi, de sources concordantes.

Pour autant, aucun lien entre les différentes affaires n’a été clairement établi.

Incendiées près du domicile personnel des propriétaires

Dans la nuit de lundi à mardi d’abord, les voitures de deux policiers ont été brûlées à proximité de leurs domiciles respectifs à Sainte-Geneviève et à Lachapelle-Saint-Pierre, dans l’Oise, a affirmé le parquet de Beauvais.

Puis mercredi matin, dans une petite ville près de Compiègne (Oise), deux voitures d’un couple de policiers travaillant dans le Val-d’Oise ont été brûlées, selon une source proche de l’enquête.

Et enfin, dans la nuit de mercredi à jeudi, « la voiture d’un policier, garée à proximité de son domicile, a été brûlée dans le centre-ville de Soissons », dans l’Aisne, a indiqué le parquet de cette ville. Selon cette source, ce policier travaille au commissariat de Soissons.

Prudence du côté des enquêteurs

A la suite de ce dernier incendie, les services du procureur de la République, à Soissons, se voulaient prudents quant aux motivations des auteurs de ces incendies apparemment volontaires.

« Il n’y a rien qui permette de dire qu’il y a un lien entre toutes ces affaires, précise le parquet, si ce n’est qu’effectivement il s’agit à chaque fois de voitures de fonctionnaires de police, que ce sont les mêmes types de cibles. Mais les individus qui ont brûlé ces différentes voitures sont-ils les mêmes ? On ne sait pas ». Le parquet ajoute qu’il n’y a pas eu d’interpellations, à ce stade.

Une enquête pour « destruction par incendie » a néanmoins été ouverte, et confiée à la section de recherches de la gendarmerie, basée à Amiens, et à la police judiciaire de Lille.