L'enfant de 5 ans retrouvé mort à Aire-sur-la Lys (62) venait d'être puni

FAITS DIVERS Un couple est en garde à vue après le décès d'un petit garçon de 5 ans à Aire-sur-la-Lys (Pas-de-Calais)...

O.A.

— 

Localisation d'Aire-sur-la-Lys (Pas-de-Calais)
Localisation d'Aire-sur-la-Lys (Pas-de-Calais) — Google Maps

C’est le beau-père qui a appelé les secours. Un garçonnet de 5 ans est décédé à Aire-sur-la-Lys (Pas-de-Calais) dans la nuit de dimanche à lundi, rapporte l’AFP d’après des sources concordantes.

La mère et son compagnon, âgés de 22 et 30 ans, ont été placés en garde à vue « sur une suspicion de violences volontaires ayant entraîné la mort sans intention de la donner », explique le procureur de la République à Saint-Omer, Patrick Leleu.

Obligé à courir dehors

Interrogée par 20 Minutes, une source proche de l’enquête précise que le beau-père a appelé lui-même les pompiers vers 2 h 30, en indiquant que l’enfant avait « perdu connaissance ». Le garçonnet est décédé « sur la voie publique », indique encore cette source.

D’après les éléments issus des premières auditions, une punition avait été infligée au petit garçon après un pipi au lit. Obligé de courir dehors en pleine nuit, l’enfant a fait un malaise, indiquent les premiers témoignages.

« Ce qu’on sait de manière sûre, c’est qu’il y a bien une sanction, qu’elle consiste à se retrouver à l’extérieur du bâtiment à une heure tardive de la nuit dans un contexte météorologique qui était particulièrement défavorable avec un enfant qui était légèrement vêtu parce qu’il venait de sortir du lit », a précisé la gendarmerie, en charge de l’enquête.

La Voix du Nord précise que le garçon a été pris en charge par les pompiers, près d’un canal, à 200 mètres d’un cabanon qui appartient à ses parents.

Autopsie à venir

Selon le procureur de la République, le motif du décès était cependant encore « non établi » dans la matinée de lundi. « Il y a eu des traces, mais rien ne permet à ce stade de déterminer qu’elles soient liées aux faits d’hier soir », déclarent les gendarmes.

Le corps a été transporté pour autopsie à l’institut médico-légal de Lille. L’examen permettra également de déterminer si l’enfant porte les traces de maltraitances antérieures.