Nord: Les impôts vont-ils bientôt baisser pour les nordistes?

SOCIÉTÉ Le budget primitif du département doit être voté dans quelques jours…

Mikael Libert

— 

Jean-René Lecerf, président de l'assemblée départementale du Nord.
Jean-René Lecerf, président de l'assemblée départementale du Nord. — M.Libert/20 Minutes

Exercice périlleux. Ce vendredi, le président du département du Nord, Jean-René Lecerf, a présenté à la presse son budget primitif pour l’année 2017 avant de le soumettre au vote, lundi et mardi. L’élu ne désespère pas, s’il tient ses objectifs, de pouvoir baisser la fiscalité dès 2018.

Une baisse en 2018, si…

« Pour 2017, nous sommes sur un budget de stabilisation des taux. Après une augmentation nécessaire des prélèvements de 100 millions, il n’y aura pas de hausse cette année et nous espérons une baisse de la fiscalité à hauteur de 50 millions sur le budget 2018 », a annoncé le président du Nord. Un bol d’air suspendu à l’évolution de tout un tas d’acronymes (RSA, APA, APCH…), regroupés sous l’appellation Allocations individuelles de solidarité (AIS), qui coûtent chaque année un œil à financer.

>> A lire aussi : La situation du département est grave, mais plus désespérée

C’est en effet le premier poste de dépenses : 903 millions d’euros (dont 606 millions rien que pour le RSA) avant la déduction de la part payée par l’Etat. Et Jean-René Lecerf déplore la poursuite du désengagement du gouvernement : « Si ça continue, on finira par être à moitié-moitié. On a perdu 130 millions depuis le début de mon mandat et 49 millions juste pour l’année 2017. »

Pourtant, des économies ont été faites, notamment sur le fonctionnement de l’institution, mais le président veut continuer d’être vigilant. La réduction de la masse salariale du département va se poursuivre, mais à un rythme moins soutenu (8.000 équivalents temps plein à ce jour). Il veut aussi maintenir la courbe descendante des allocataires du RSA en mettant le paquet sur le retour à l’emploi.

Les allocataires du RSA en contrôle continu

« En moyenne, nous ne pouvons présenter que 20 candidats pour cent postes proposés, assure Jean-René Lecerf. Il y a des allocataires du RSA de mauvaise volonté qui ne veulent pas trouver du travail. » Sur les 45.000 « perdus de vue » de Pôle Emploi bénéficiaires du RSA, 15.000 ont été recontactés. 450 ont vu leur allocation suspendue et 4.450 ont retrouvé du travail. « D’ici à la fin 2017, tous auront été recontactés », promet-il.

Mais si la situation n’est pas toute rose, le Nord va tout de même continuer d’investir. Comme en 2016, 270 millions vont être dépensés, notamment dans la modernisation ou la construction de collèges, l’entretien des routes ou les projets d’aménagement (canal Seine-Nord). Pour information, le budget alloué aux pompiers est de 94 millions pour 2017, contre 90 millions en 2016.