Compiègne: Affrontements avec la police au «Clos des Roses»

SECURITE Six personnes ont été interpellées dans un quartier de Compiègne, à la suite d'une banale intervention sur un accident de la circulation...

Olivier Aballain

— 

Immeubles du Clos des Roses, à Compiègne (Oise)
Immeubles du Clos des Roses, à Compiègne (Oise) — Google Street View

Le « Clos des Roses » refait parler de lui, et ce n’est pas pour son atmosphère printanière. Ce quartier de Compiègne (Oise) a été la scène d’affrontements entre policiers et jeunes émeutiers mercredi, entre 16h et 18h. Selon l’agence AFP, six personnes ont été interpellées, et étaient en garde à vue ce jeudi matin.

Le quartier du « Clos-des-Roses », où le trafic de drogue est très présent, a déjà récemment été le théâtre de plusieurs épisodes de tensions entre certains habitants et les forces de l’ordre. La semaine dernière notamment, des policiers avaient essuyé quelques jets de projectile lors d’une descente anti-stupéfiants.

>> A lire aussi : Une équipe télé agressée dans un quartier de Compiègne tenu par des trafiquants, la caméra volée

Le président d’un office HLM, par ailleurs élu LR du département, a même décidé de faire évacuer trois portions d’immeubles qu’il ne parvenait pas à mettre à l’abri du trafic de stupéfiants.

Renforts départementaux

Mercredi, il n’était pas encore 16h lorsque des policiers ont été pris pour cible, alors qu’ils intervenaient, avec les pompiers, sur le lieu d’un accident de la circulation.

« Nous avons dû faire appel à des renforts départementaux, aussi bien les forces de police de Beauvais et de Creil, que des gendarmes de Compiègne, la brigade anticriminalité d’Amiens », a rapporté la directrice de cabinet du préfet de l’Oise, Fabienne Decottignies.

« Ça a rapidement dégénéré » avec l’arrivée d’autres jeunes habitants du quartier, a-t-elle ajouté. Les affrontements se sont poursuivis au même endroit pendant près de deux heures, selon les services du procureur de la République à Compiègne.

Lacrymogène contre mortiers d’artifices

Selon France3, les émeutiers étaient une soixantaine. Des grenades lacrymogènes ont été lancées par les forces de l’ordre, tandis que les émeutiers tiraient des pétards à l’aide de mortiers d’artifices.

Plusieurs habitants du quartier se sont néanmoins plaints, auprès d’un correspondant de l’AFP, de l’attitude vigoureuse des forces de l’ordre, qui n’hésiteraient pas à intervenir en nombre à chaque incident. Un mineur et une femme font partie des personnes interpellées, dont certaines ont des antécédents judiciaires.