Nord: Les trafics de drogues, un fléau toujours en augmentation

SECURITE La préfecture du Nord a dévoilé les chiffres de la délinquance en 2016...

Gilles Durand

— 

Illustration du trafic de drogues.
Illustration du trafic de drogues. — P. Magnien / 20 Minutes

Avec un taux de criminalité de 62,8 faits pour 1.000 habitants, le Nord se place à la 14e place des départements pour l’intensité de la délinquance. Comme tous les ans, la préfecture a dévoilé, samedi, les chiffres des affaires policières et de la gendarmerie.

« Des progrès doivent être réalisés dans la lutte contre les cambriolages d’habitation ou contre les atteintes volontaires à l’intégrité physique des personnes », souligne le communiqué de la préfecture. Dans cette myriade de chiffres plus ou moins révélateurs, 20 Minutes a choisi de relever quelques tendances.

Ce qui inquiète. Les faits de délinquance augmentent dans les campagnes alors qu’ils ont tendance à baisser en ville, d’après les constats des zones police et gendarmerie. S’il est un trafic qui ne faiblit pas, c’est celui des stupéfiants : en 2016, 75 réseaux majeurs de trafiquants ont été démantelés, soit 18 de plus qu’en 2015. Avec cette précision : si les infractions constatées pour usage simple de produits baisse, en revanche, celles pour « usage et revente » et trafic progresse. Dans le cadre de cette lutte, 754 armes à feu ont été découvertes et retirées de la circulation, soit une centaine de plus qu’en 2015 et 200 de plus qu’en 2014. Là aussi, la progression est constante.

>> A lire aussi : Du mieux sur le front de la délinquance dans le département du Nord

Ce qui rassure. La situation dans la métropole lilloise semble s’améliorer, même si avec presque la moitié de la population du département, ce territoire concentre près des deux tiers des faits de délinquance. Globalement, les chiffres montrent une baisse de 4,5 %, notamment dans la circonscription de Tourcoing (-10,1 %). De même, les vols avec armes à feu, qui avaient fortement progressé entre 2008 et 2013, sont au plus bas niveau depuis ces dix dernières années avec 146 faits en 2016 contre 238 en 2015. Selon la préfecture, le taux dans le département est redevenu le même que sur le plan national.