Aisne : Un bébé de 14 mois tué par le rottweiler de ses parents

FAITS DIVERS Le drame est survenu, jeudi, en fin de matinée à Saint-Aubin…

Mikael Libert

— 

La fillette a été tuée par le rottweiler de sa famille (illustration).
La fillette a été tuée par le rottweiler de sa famille (illustration). — SUPERSTOCK/SUPERSTOCK/SIPA

En fin de matinée, ce jeudi, une fillette a trouvé la mort après avoir été attaquée par le chien de la famille selon le parquet de Laon, confirmant une information de France 3 Picardie. L’animal a été abattu.

Attaquée dans la cour de la maison

Le drame s’est produit vers 11 h 30, à Saint-Aubin, au domicile des parents de la fillette, âgée de 14 mois. La mère de famille se trouvait dans la cour extérieure de l’habitation avec deux enfants dans les bras, dont sa fille. L’un des deux chiens du couple, un rottweiler, a sauté sur la jeune femme et s’est emparé de sa fillette. Une fois l’enfant au sol, ce sont les deux animaux – l’autre chien étant un Jack Russel –, qui se sont attaqués à l’enfant, précise le procureur de Laon.

Paniquée, La mère a mis le second enfant en sécurité à l’intérieur de l’habitation avant de retourner dans la cour pour tenter de sauver son bébé. Elle n’est pas parvenue à faire lâcher prise aux deux chiens et c’est le grand-père qui a réussi à récupérer le bébé et enfermer les molosses. Les secours ont été rapidement alertés, mais ils n’ont rien pu faire pour sauver l’enfant, qui se trouvait en arrêt cardiaque à leur arrivée.

Un chasseur à la rescousse

Après le drame, les chiens avaient été enfermés dans un enclos par le grand-père et les gendarmes ont été appelés. Mais, avant leur arrivée, le rottweiler était parvenu à s’enfuir. Aidés par un chasseur, les militaires se sont mis à la recherche de l’animal, qui a été retrouvé une heure après et abattu. Le maire de la commune a, par ailleurs, pris un arrêté pour euthanasier le Jack Russel qui a participé à l’attaque.

Une enquête a été ouverte pour « recherche des causes et circonstances de la mort », affirme le parquet de Laon, qui précise néanmoins que ce chien de 2e catégorie était détenu légalement par le couple. « A ce stade de l’enquête, il n’est pas évident qu’il y ait eu une infraction », selon le procureur.