Louvre-Lens: Les œuvres et le savoir-faire du Louvre seront bientôt à Liévin, dans le Pas-de-Calais

CULTURE Le centre de conservation du Louvre, qui doit voir le jour en 2019 à Liévin, ne va pas servir qu’à abriter les 314.000 œuvres du musée…

Gilles Durand

— 

Projet du centre de conservation du musée du Louvre.
Projet du centre de conservation du musée du Louvre. — Rogers Stik Harbour + Partners

Le futur centre de conservation du Louvre prend forme. Le chantier de construction doit commencer cette année pour une ouverture du site prévue en 2019 à Liévin, à côté du Louvre-Lens, dans le Pas-de-Calais. En début d’année, un partenariat a été signé avec l’Institut national du patrimoine (INP) autour de projets de restauration des œuvres. Mais, au fait, à quoi va donc servir ce lieu ?

Protéger les œuvres. En 2002, le Louvre était alerté des risques en cas de crue de la Seine à Paris, car 70 % des espaces des réserves du musée se trouvent dans des zones inondables, soit environ 220.000 œuvres. Or un tel scénario peut se produire d’une année à l’autre, statistiquement. Pour éviter la perte de ce patrimoine inestimable, la direction du Louvre a décidé de transférer à Liévin la totalité de ses réserves, soit 314.000 œuvres.

>> A lire aussi : Hollande veut abriter le patrimoine syrien à Liévin

Faciliter le travail des scientifiques. Réunis pour la première fois dans un même bâtiment qui fera 18.500 m2 (environ trois terrains de football), les œuvres seront accessibles à l’ensemble des scientifiques. Un grand espace sera dédié à l’étude des collections avec notamment un studio photo, des ateliers pour le traitement des œuvres, ainsi que des salles d’études et de consultation pour les chercheurs.

Se spécialiser dans la restauration. Du patrimoine, pas de la bouffe ! Une première collaboration avec l’INP doit commencer cette année et durer jusqu’en 2020 dans le cadre de la préparation des collections du Louvre et de leur transfert. Après l’ouverture du lieu, des formations continues seront mises en place pour apprendre la conservation préventive, la manipulation des collections et le fonctionnement des réserves. Bref, une nouvelle filière d’enseignement très spécialisée.