Halluin: Les riverains des éoliennes belges souffrent (presque) en silence

ENVIRONNEMENT Une habitante de la commune française attribue son accident vasculaire cérébral aux nuisances provoquées par les turbines…

Mikael Libert

— 

Installées à Menin, en Belgique, les éoliennes sont pourtant très proches des habitations d'Halluin.
Installées à Menin, en Belgique, les éoliennes sont pourtant très proches des habitations d'Halluin. — M.Libert / 20 Minutes

Des habitants de la ville française d’Halluin n’en peuvent plus des nuisances provoquées par deux éoliennes installées à Menin, en Belgique, juste de l’autre côté de la frontière. Suite à l’installation des engins, en 2013, de nombreuses actions ont été menées pour demander leur démantèlement et, notamment, une pétition déposée au Parlement européen. Mais depuis rien ne bouge.

Les nuisances, elles varient selon les personnes. Chez l’une, ce sont des problèmes de réception du téléphone ou de la télé. Chez un autre, ce sont des poussières métalliques qui se déposent dans son jardin. Beaucoup se plaignent du bruit que font les turbines.

La dernière plainte en date vient d’Oumelkhier Kherzane, une femme de 76 ans qui habite aussi à Halluin, dans la rue qui longe le canal de la Lys, frontière naturelle avec la Belgique à cet endroit. Début janvier, la vieille dame a écrit une lettre déchirante au maire de sa commune pour lui confesser son désarroi.

« Je ne dors presque plus »

« L’activité permanente, jour et nuit, des éoliennes qui émettent des vibrations, est insupportable (…) je ne dors presque plus ». La vieille dame est fatiguée, stressée, et cela joue sur sa tension à tel point qu’en 2015, elle est victime d’un accident vasculaire cérébral (AVC) qu’elle attribue en majeure partie aux éoliennes.

« Nous avons bien reçu la lettre de cette dame, mais nous ne pouvons rien faire pour elle, explique une source à la maire d’Halluin. Nous l’avons orientée vers le collectif qui traite ce dossier ».

>> A lire aussi : Vent de polémique à Halluin

Mais de collectif, il n’y a point. Juste une dame et son mari, habitant eux aussi rue de la Lys, qui se battent contre les turbines belges avec leurs petits moyens. « J’ai été abasourdie d’apprendre que la mairie se déchargeait en renvoyant cette dame vers moi, s’indigne Valérie Losfeld. Mais c’est peut-être l’occasion de relancer le dossier ».

Une troisième éolienne doit arriver

Son « dossier », c’est une pétition de 1.500 signatures envoyée, fin 2013, au Parlement européen. En 2015, la Commission des pétitions a émis une notice où elle concluait que l’implantation de ces éoliennes n’enfreignait pas les lois environnementales européennes.

A ce jour, aucune date n’a été fixée pour un passage en commission. Et les choses pourraient même s’envenimer, une source en mairie d’Halluin ayant assuré à 20 Minutes qu’ une troisième éolienne allait bientôt être installée. Nous avons aussi tenté de contacter, en vain, la mairie de Menin.