Procès des incendiaires, une fin sans réponse

Olivier Aballain - ©2007 20 minutes

— 

« On ne comprend toujours rien à ce geste. » Hier, Audrey Kieken, l'une des avocates des victimes de l'incendie meurtrier d'un immeuble en novembre 2005 à Roubaix, était toujours dans l'expectative. Aux assises de Douai, un jour avant la fin du procès des trois individus impliqués dans l'incendie, ni l'audition des témoins ni celle des experts n'avaient permis de démêler leurs motivations. « Aux avocats des parties civiles, ils donnent une version des faits puis la contredisent juste après, en répondant aux questions de leurs propres avocats », explique- t-elle. Dans la salle, les familles des victimes sont aussi perplexes. Le procureur livrera ses réquisitions aujourd'hui, avant la plaidoirie des avocats.