Lille : Les urgences du CHRU submergées à cause du verglas

SANTE Le verglas, qui a recouvert la métropole lilloise dès samedi matin, a provoqué une multiplication des chutes graves sur la voie publique…

Gilles Durand
— 
Illustration du verglas
Illustration du verglas — M.LIBERT/20 MINUTES

« On s’attendait à une surcharge d’activité à cause de la grippe. Elle est venue du verglas ». Patrick Goldstein, responsable du service des urgences du centre hospitalier (CHRU) de Lille, n’avait jamais vu, en quarante ans de carrière, une telle « épidémie de chutes sur la voie publique », en ce week-end du Nouvel An.

Environ 320 personnes ont dû être hospitalisées et 200 opérées, à partir de samedi matin et durant tout le week-end. En cause, l’épisode de verglas qui s’est abattu sur la métropole de Lille dans la nuit de vendredi à samedi, et qui a surpris les habitants au petit matin.

Beaucoup de fractures du poignet

« Samedi matin, entre 7 h 30 et 11 h, on a recensé 250 chutes, raconte Patrick Goldstein. Certaines personnes avaient besoin d’être opérées. On a soigné beaucoup de fractures du poignet, mais aussi du coude, de l’épaule et du genou. Chez les personnes âgées, on a eu aussi des fractures du col du fémur. »



Le Samu et le bloc opératoire se sont alors retrouvés en situation de « saturation » et de « tension », samedi et dimanche. « Il a fallu doubler le bloc opératoire des traumatisés pour assurer la prise en charge », explique le responsable des urgences.

Dispositif spécial

Un dispositif spécial a même dû être mis en place, samedi, en fin de matinée, par l’Agence régionale de santé pour mobiliser des moyens supplémentaires. « Il fallait notamment trouver des ambulances disponibles », souligne Patrick Goldstein.

Par ailleurs, l’hôpital d’Armentières a dû activer, samedi à 18h, le « plan blanc », un dispositif de mobilisation maximale prévu pour les situations sanitaires d’urgence et de crise, « car il y avait 35 patients victimes de fractures en attente », a indiqué à l’AFP la direction de la communication de l’hôpital.

Les services ont donc tourné à plein régime jusqu’à ce lundi matin. « Cet épisode ne pouvait pas tomber à pire moment, note-t-il. Heureusement, nous n’avons pas eu à déplorer d’accidents de la route dramatiques dans cette même période. »