Alstom retire une partie de son appel sur l'amiante

JUSTICE Les indemnités sont définitivement acquises dans le procès de l'amiante à Douai...

A Douai, Olivier Aballain

— 

Le groupe français Alstom, à la tête d'un consortium avec Orascom (Egypte), construira une centrale électrique en Algérie pour un montant de 1,98 milliard de dollars (1,4 milliard d'euros), a annoncé mercredi la Société algérienne de l'électricité et du gaz (Sonelgaz).
Le groupe français Alstom, à la tête d'un consortium avec Orascom (Egypte), construira une centrale électrique en Algérie pour un montant de 1,98 milliard de dollars (1,4 milliard d'euros), a annoncé mercredi la Société algérienne de l'électricité et du gaz (Sonelgaz). — Jean-Pierre Muller AFP/Archives

Quelques heures avant le procès en appel de l’exposition à l’amiante qui oppose jusqu’à vendredi Alstom à 150 anciens salariés de l’usine Stein, à Roubaix, la multinationale a lâché du lest.

Reconnaissant la mise en danger de la vie d’autrui par exposition à l’amiante, le tribunal correctionnel de Lille avait condamné Alstom, en septembre 2006, à verser 10.000 euros d’indemnités à chacune des 150 parties civiles.

Les avocats d’Alstom, qui attaquent la décision sur le fond, ont abandonné l’idée de récupérer ces indemnités déjà versées. «Nous sommes toujours persuadés que le délit [de mise en danger de la vie d’autrui] n’a pas existé, a précisé Patrick Maisonneuve, avocat de la firme. En revanche, quelle que soit la décision du tribunal, nous ne réclamerons pas les indemnités versées. C’est une mesure sociale.» Le procès doit durer trois jours.