Hénin-Beaumont: Plainte contre la charte FN des «communes sans migrants»

POLITIQUE L’association la Maison des potes a porté plainte contre le maire FN d’Hénin-Beaumont, à la suite de la publication de sa charte « Ma commune sans migrants »…

O.A. avec AFP

— 

Steeve Briois (FN), maire d'Hénin-Beaumont, et son adjoint Bruno Bilde (G).
Steeve Briois (FN), maire d'Hénin-Beaumont, et son adjoint Bruno Bilde (G). — M.Libert / 20 Minutes

« Ma commune sans migrants », mais avec une procédure de plus en justice. Une plainte pour « provocation à la discrimination » a été déposée mercredi au tribunal de Béthune (Pas-de-Calais) contre le maire FN d’Hénin-Beaumont, Steeve Briois, présenté comme le président d’une association des maires «Ma commune sans migrants », a indiqué vendredi l’association la Maison des Potes.

« La charte de l’association des maires “Ma commune sans migrants” est scandaleuse et inadmissible dans un pays comme le nôtre », a déclaré Me Madou Koné, conseil de l’association la Maison des potes, qui lutte contre les discriminations.

Une charte adoptée en conseil municipal

Le 7 octobre, le conseil municipal d’Hénin-Beaumont, ville de 27.000 habitants de l’ex-bassin minier passé au Front national en 2014, avait voté la motion « Ma commune sans migrants ».

>> A lire aussi : La commune de Beaucaire refuse d'accueillir des migrants

Le texte établit une charte en huit points, qui engage notamment les communes signataires « à s’opposer à l’accueil de migrants consécutif au démantèlement de la Jungle de Calais ». La « charte » avait été adoptée par 29 voix favorables et 5 voix défavorables, en fin de conseil municipal.

Adoption de la motion « Ma commune sans migrants » publiée par oaballain

La motion « Ma commune sans migrants » a également été votée par les conseils municipaux de plusieurs communes, notamment Fréjus (Var) et Beaucaire (Gard).

Le FN moque un « groupuscule que personne ne connaît »

Cependant, 20 Minutes n’a pu retrouver aucune trace officielle d’une quelconque association regroupant les communes ou maires de communes signataires de ladite « charte ».

De son côté, Bruno Bilde, adjoint aux relations publiques au maire d’Hénin-Beaumont, qualifie la plainte « d’opération de communication d’un groupuscule que personne ne connaît ».

Samuel Thomas, vice-président de la Maison des Potes, a indiqué que la plainte avait été déposée en mains propres au TGI de Béthune mercredi. Contacté par l’AFP vendredi, le bureau d’ordre du parquet de Béthune ne l’avait pas encore enregistrée.

Outre Steeve Briois, la plainte vise le directeur de la publication du site du Front national et eurodéputé Jean-François Jalkh et le co-responsable de la publication Wallerand de Saint-Just.

La Maison des Potes est également, en 2014, à l’origine d’une plainte déposée à l’encontre de Jean-François Jalkh, pour une publication préconisant la « préférence nationale » dans l’attribution de logements sociaux. Le parquet de Nanterre a ouvert une information judiciaire. Dans ce cadre, le Parlement européen a levé fin novembre l’immunité parlementaire de l’eurodéputé.