Pic de pollution: Restrictions de vitesse dans les Hauts-de-France

ENVIRONNEMENT En raison de l'épisode prolongé de pollution aux particules, la préfecture des Hauts-de-France a décidé de réduire de 20 km/h les vitesses limites sur les grands axes routiers...

Olivier Aballain
— 
Un panneau recommandant une baisse de vitesse de 20km/h en cas de pollution sur le périphérique de Lille.
Un panneau recommandant une baisse de vitesse de 20km/h en cas de pollution sur le périphérique de Lille. — M.Libert/20 Minutes

Et à la fin, la préfecture sévit… L’épisode de pollution subi par les Hauts-de-France, depuis lundi, a conduit les autorités à prendre toute une série de mesures afin de limiter les émissions de particules fines, dans les 5 départements de la région jusqu’au 9 décembre à 6h00.

Les dispositions les plus drastiques concernent l’abaissement obligatoire de 20 km/h des vitesses limites autorisées sur les axes routiers et autoroutiers (110, 90 et 70km/h sur les portions normalement limitées à 130, 110 et 90), et 80 km/h (au lieu de 130 et 110) sur les grands axes, pour les poids lourds de plus de 3,5t.

L’industrie et l’agriculture également touchées

D’autres mesures, plus incitatives, concernent l’industrie (la plus grande source de particules en Nord-Pas-de-Calais, avec 35 % des émissions), où une réduction des rejets dans l’air est notamment « recommandée », mais « sans remettre en cause la sécurité et sous réserve que les coûts induits ne soient pas disproportionnés ». L’usage des groupes électrogènes est également à « réduire »… si possible.

Dans le secteur agricole, le « brûlage » (destruction par le feu) des sous-produits est quant à lui interdit, tandis que l’épandage de fertilisants et les travaux du sol sont, eux, à décaler si possible.

>> A lire aussi : Lille: Les conseils d'un pneumologue pour atténuer les effets de la pollution

Les particuliers, eux, sont priés de privilégier le covoiturage, les transports en commun et les déplacements dits « doux » (sans moteur à combustion).