Crèches de Noël : Pourquoi la loi est aussi ambiguë sur sa présence dans les bâtiments publics

POLEMIQUE Après l’interdiction d’installer une crèche au sein de la mairie d’Hénin-Beaumont, 20 Minutes revient sur la complexité de la question, au regard de la laïcité et de la tradition…

Gilles Durand

— 

A Béziers, la municipalité avait aussi installé une crèche.
A Béziers, la municipalité avait aussi installé une crèche. — A. Robert / SIPA

Les crèches de Noël ont-elles leur place dans les bastions de la République que sont les mairies ? L’affaire qui a récemment mis en cause la mairie d’Hénin-Beaumont pourrait être un sujet de débat lors de la Semaine de la laïcité, organisée auprès des enfants par la Ligue de l’enseignement, du 5 au 9 décembre, dans le Pas-de-Calais. 20 Minutes tente le coup avec un spécialiste du droit des cultes sur cette laïcité à géométrie variable.

>> A lire aussi : Hénin-Beaumont: La municipalité FN ne peut pas installer sa crèche de Noël à la mairie

Qu’est ce qu’une crèche de Noël ? Il s’agit de la représentation de la naissance du Christ qui a eu lieu un 25 décembre, selon les chrétiens. Certains pensent donc que la crèche est un symbole religieux, contrairement au sapin qui est une tradition païenne célébrant le solstice d’hiver. Avec le temps, ces fêtes se sont mélangées. Certains estiment que la crèche a perdu son caractère sacré et religieux. Tout comme le Père Noël, qui s’appelait autrefois Saint-Nicolas, et revêt aussi une origine catholique.

Pourquoi la justice interdit-elle les crèches dans les mairies ? Une loi qui date de 1905 interdit d’ériger des emblèmes religieux dans des bâtiments publics, au nom de la neutralité de l’Etat concernant les religions. Mais à Hénin-Beaumont, le maire (FN) considère qu’une crèche n’est pas un symbole religieux, mais « une culture traditionnelle dans laquelle les habitants ont grandi ». Le tribunal administratif de Lille a estimé qu’il n’y avait pas de tradition locale dans cette ville du Pas-de-Calais, comme c’est le cas, par exemple, en Provence.

Comment définit-on une tradition ? « Dans l’aéroport de Marignane, près de Marseille, il y a toujours eu un village miniature de santons avec un bâtiment qui abrite une crèche. Ceci est une tradition que personne ne conteste », explique Pierre Langeron, maître de conférences en droit public à l’Institut d’études politiques d’Aix-en-Provence et spécialiste du droit des cultes. Les juges de Lille ont estimé qu’à Hénin-Beaumont, il n’existait pas ce genre de tradition avant l’arrivée du nouveau maire. « Les juges doivent tenir compte du contexte, ce qui explique que, parfois, l’installation est autorisée », explique Pierre Langeron.

Peut-on comparer l’interdiction des crèches avec celle du voile dans les écoles ? « La constitution française exige le respect de toutes les croyances, note Pierre Langeron. Mais souvent, l’Etat est coincé entre sa neutralité et son refus du religieux dans l’espace public. Dans l’affaire du voile à l’école, la loi a voulu généraliser la situation sans tenir compte des circonstances particulières et c’est parfois la pire des choses. Alors que dans ce cas, comme pour les crèches, c’est le prosélytisme provoquant des troubles à l’ordre public qu’il faut condamner ».