Lille: Les loyers repartent à la hausse, en attendant l'encadrement

IMMOBILIER La ville de Lille est toujours l'une des plus chères de province en location, devançant Lyon et Bordeaux...

Olivier Aballain

— 

Immeuble à Lille en 2015
Immeuble à Lille en 2015 — O. Aballain / 20 Minutes

En attendant leur hypothétique encadrement, les loyers sont repartis à la hausse à Lille. Selon l’observatoire Clameur, qui regroupe une quarantaine d’acteurs représentant 20 % du marché, les loyers lillois ont augmenté de 1,4 % en moyenne en 2016, après une baisse de 1,7 % en 2015.

>> A lire aussi : Recours déposé à Lille contre l'encadrement des loyers

Avec un loyer moyen constaté à 13,4 euros du mètre carré (m²), la capitale des Flandres est au 4e rang des grandes villes françaises les plus chères pour les locataires, derrière Paris (25,2 euros/m²), Nice et Montpellier, et devant Bordeaux et Lyon.

A l’instar de sa métropole, la région Nord-Pas-de-Calais se place, elle, en moyenne, au 3e rang des « anciennes » régions, derrière l’Ile-de-France et Provence-Alpes-Côte d’Azur, et devant Rhône-Alpes.

Le mouvement est amplifié par l’accession à la propriété

Ce retour à la hausse peut être au moins partiellement relié à la progression du taux de mobilité résidentielle, c’est-à-dire de la proportion de logements remis en location au cours de l’année.

>> A lire aussi : Lille dans le Top 5 français des investisseurs immobiliers

Pour le Nord-Pas-de-Calais, ce taux s’est établi à 39,1 % pour les 10 premiers mois de 2016, contre seulement 33 % au niveau national. D’après le professeur Michel Mouillard, de l’université de Paris-Ouest, cette mobilité accrue s’explique en partie par le départ de locataires qui profitent des « conditions de crédit exceptionnelles » du moment pour devenir propriétaires.

L’encadrement des loyers est attendu sous peu

Cet été, la ministre du Logement Emmanuelle Cosse avait indiqué que le dispositif d’encadrement des loyers, déjà opérationnel à Paris et auquel la ville de Lille s’est portée candidate en 2014, devrait faire l’objet d’un décret ministériel avant la fin 2016.

D’après nos informations, l’entrée en vigueur formelle devrait intervenir en février 2017, à moins que les procédures lancées en justice par certains administrateurs de biens ne rallongent encore le calendrier.