Lille: La ville se met aux vers pour les déchets

ENVIRONNEMENT La ville de Lille met à la disposition de ses habitants le tout premier lombricomposteur collectif dans le Nord...

Gilles Durand

— 

Le lombricompost collectif, installé à la Maison de l'habitat durable à Lille-Wazemmes.
Le lombricompost collectif, installé à la Maison de l'habitat durable à Lille-Wazemmes. — G. Durand / 20 Minutes

Nouvelle phase pour l’opération zéro déchet. Depuis une semaine, la ville de Lille met à disposition des habitants du quartier de Wazemmes un lombricomposteur collectif, baptisé Lombri’coll : une benne à ordure classique, installé à la Maison de l’habitat durable, contient, dans ses entrailles, des vers de terre capables d’ingurgiter les déchets biodégradables produits par les foyers.

>> A lire aussi : Le lombricompostage fait école

Recyclage des biodéchets. Les 7 kg de ver de terre qui ont pris leurs quartiers dans cette poubelle peuvent « traiter » 30 kg de biodéchets par semaine, c’est-à-dire des déchets d’origine végétale, comme les fruits et légumes, exceptés les agrumes, l’ananas ou l’oignon. « Ces vers de terre mangent les déchets et les transforment en compost. On va pouvoir produire de l’engrais solide et liquide qui pourra être utilisé dans les espaces verts de la ville ou dans les jardins », assure Dominique Boitel, maître composteur pour l’association Des Jardins et des Hommes.

Les mouches, les odeurs… Beurk ! Mais non, justement. Pour peu qu’ils soient bien découpés, les biodéchets sont rapidement transformés par les vers. Pas le temps pour les mauvaises odeurs de se propager. En revanche, pour les mouches, une subtilité s’impose : poser une couverture sur les déchets. Depuis deux ans, l’association Des Jardins et des Hommes mène d’ailleurs des ateliers pour apprendre à fabriquer soi-même un lombricompost individuel.

Des vers de terre voraces qui nous débarassent des biodéchets.
Des vers de terre voraces qui nous débarassent des biodéchets. - G. Durand / 20 Minutes

Phase d’expérimentation. Il s’agit du premier lombricomposteur collectif installé dans le Nord. Le procédé est encore en phase d’expérimentation et 15 foyers de Wazemmes peuvent encore s’inscrire pour l’alimenter. « L’objectif est, à plus ou moins long terme, de voir ce genre de poubelle collective se multiplier dans les résidences, explique Lise Daleux, adjointe (EELV) chargé des Parcs et jardin à la ville de Lille. Un tiers des poubelles ménagères est composé de déchets verts. Il y a de quoi faire, d’autant que d’ici 2025, les biodéchets devront être obligatoirement traités à la source. »