Lille:  Butiner» la musique avec le festival Bar-Bars

FESTIF Concerts, expositions ou spectacles vont se démultiplier dans les bars de Lille ce week-end, à partir de jeudi soir…

Gilles Durand

— 

Le café l'Intervalle, à Lille, va accueillir le festival Bar-Bars pour la première fois.
Le café l'Intervalle, à Lille, va accueillir le festival Bar-Bars pour la première fois. — G. Durand / 20 Minutes

Place à l’une des plus grandes scènes culturelles de France ! C’est ce week-end, du 24 au 26 novembre, que se tient la 15e édition du festival Bar-bars, une série de concerts et de spectacles en tous genres, diffusés au sein de 240 cafés, et ce dans 56 villes.

A Lille, 15 bars* vont participer à cette fête de la musique indoor, à partir de jeudi soir. Mais pas que : expositions, cosplay (soirée costumée pour les non initiés) ou encore séances d’effeuillages humoristiques sont inscrites au programme des festivités.

« La culture à l’échelle des quartiers »

« Ce festival symbolise la manière dont on consomme la musique aujourd’hui. On vient butiner d’un endroit à l’autre, d’un style à l’autre, dans les différents bars », souligne Denis Talledec, directeur national des cafés culture Bar-Bars et grand manitou de l’opération.

« L’intérêt c’est de mettre la culture à l’échelle des quartiers, en marge des grands événements », note Maxence Cabaye, patron du café Le Musical, à Fives, un bar de quartier qui n’a pas hésité à installer un terrain de pétanque dans l’arrière-cour.

>> A lire aussi : Le festival Culture Bar-bars veut résister à la barbarie

Autre ambiance au bar latino le Macondo, à Wazemmes. « Ce festival, c’est une vitrine de ce qu’on fait à l’année, c’est-à-dire montrer une autre facette de l’Amérique latine », raconte Céline, gérante du lieu. Cette année, trois nouveaux bars sont de la partie :  l’Intervalle et la Blonde, dans le Vieux-Lille, et le Cirque à Wazemmes.

Nuisances sonores

L’objectif avoué des participants, c’est de redonner une nouvelle vie aux concerts dans les bars après une période où ce genre de manifestations a subi quelques représailles de la part des autorités.

De l’histoire ancienne pour Franck Hannoh, adjoint (PS) chargé de la Vie nocturne à la ville de Lille. « Ça se passe plutôt bien, avoue-t-il. Et ce réseau m’aide aussi beaucoup en servant de médiateur lorsque se posent des problèmes de nuisances sonores. »

Retrouvez le programme complet de Bar-Bars, ici

* Hors de Lille, la Taverne de Duchenot, à Saint-Omer.