Sur le dialogue, Aubry impose sa loi

O. A. - ©2007 20 minutes

— 

Pour commencer, il faudra discuter. La maire (PS) de Lille Martine Aubry a lancé hier sa précampagne pour les élections municipales de Lille en mars 2008. Avec un mot d'ordre : « Le dialogue ». Et un outil : son blog, www.martine-aubry.fr, mis en ligne hier. Mais la maire, très critique sur les jurys citoyens de Ségolène Royal, n'entend pas confondre projet et participation : « J'écoute les Lillois. Mais demander à chacun ce qu'il veut pour nourrir un projet, ce n'est pas ça, pour moi, la politique. Etre maire, c'est aussi afficher des volontés. » À l'appui de son propos, Martine Aubry cite la mise en double-sens de la rue d'Isly ou la mise en place du parc Jean-Baptiste-Lebas. « Nous avons demandé l'avis des habitants, mais sur les aménagements qui accompagnaient ces décisions. »

Pour compléter son projet, la maire-candidate organise trois rencontres avec les Lillois : « Vivre avec Alzhei­mer » le 28 novembre, « Vio­lences au sein de la famille » le 5 décembre et « Demain, la ville numérique » le 12 décembre. Et elle a confié six missions d'expertise à six personnalités lilloises, dont une sur « Lille, ville des chercheurs » à Frédéric Sawicki, qui était jadis l'un des opposants les plus déterminés au projet de Grand Stade à Grimonprez-Jooris. Preuve de bonne volonté ? « Il y a eu plus de réunions publiques lors de ce mandat que dans tous ceux de Pierre-Mauroy réunis », affirme Dominique Plancke, élu Verts. Seul hic, pour lui comme pour Jacques Richir, candidat du Modem : « Les conseils de quartier, qui fonctionnent mal. » La campagne a commencé.