Nord: Série noire pour les camions, la filière s'interroge

ROUTE Le nombre d'accidents impliquant des poids lourds est en forte augmentation depuis le début de l'année dans le Nord...

Olivier Aballain

— 

Le poids lourd accidenté le 14 novembre 2016 sur la RN25 dans le Pas-de-Calais
Le poids lourd accidenté le 14 novembre 2016 sur la RN25 dans le Pas-de-Calais — DENIS CHARLET / AFP

La série d’accidents en cours sur les axes routiers nordistes ne laisse personne indifférent. La liste est tragique : Une conductrice de bus scolaire tuée dimanche sur la RN25 dans un choc avec un camion de betteraves, trois personnes décédées sur l’A1 après avoir percuté un camion par l’arrière dans la nuit de lundi à mardi, un dépanneur tué par un camion sur l’A1 encore mardi soir, trois accidents impliquant des poids lourds mercredi, et un nouvel accident ce jeudi avec un camion, toujours sur l’A1…

C’est même une tendance lourde : Dans le Nord en 2016, en seulement dix mois, le nombre d'accidents mortels impliquant des poids-lourds dépasse déjà de 50% le décompte de l’année 2015 toute entière (18 contre 12). Au total, 42% des accidents impliquant des poids lourds ont été mortels (statistique de janvier à juillet).

« On ne gagne rien à ne pas respecter les limitations »

« Evidemment, cela nous interpelle », réagit Jérôme Chuffart, patron des transports du même nom, à Gondecourt. L’un de ses 80 chauffeurs a tout juste été désigné, en octobre, meilleur conducteur routier de France, par des institutions de protection sociale du transport et de la logistique. Son témoignage a été recueilli par Wéo :

« Le trafic a beaucoup augmenté, donc la sécurité est devenue primordiale pour nous. » Le gérant témoigne qu’une « prise de conscience éco-responsable » est en cours parmi ses collègues. Mais cela prend du temps.

Et le marché va parfois en sens inverse. A la CFDT Transports et logistique, Fabian Tosolini remarque une « tendance » à la recherche de rapidité. « La concurrence étrangère pousse vers des transports de moins en moins coûteux, on veut gagner du temps. Certains conducteurs nous remontent des cas de cadences poussées, de demandes intenables provenant du client… »

Les spécificités de l’e-commerce ne vont pas forcément dans le bon sens, poursuit Fabian Tosolini: « On ne vante plus la qualité d’un produit, ou son prix, mais plutôt sa livraison en un temps record, en moins de 24h...»

Part des transports dans les accidents mortels en France en 2015

Et pourtant, certifie Jérôme Chuffart, qui travaille lui aussi pour le e-commerce, « on ne gagne rien du tout à ne pas respecter les limitations et les distances de sécurité ».

Le patron, qui est aussi l’un des administrateurs de la Fédération nationale des transporteurs routiers (FNTR), dit « faire la chasse » aux comportements dangereux, y compris parmi ses propres salariés. « Je leur démontre qu’ils ne gagnent que trois minutes sur un trajet, s’ils ne respectent pas les limitations ». L’exemple de leur collègue « meilleur routier de France » doit aussi servir en interne.

Les routiers peuvent s'attendre à des opérations de contrôle renforcés dans les prochaines semaines.