Equipe de France: Le retour de Varane à Lens, la première de Rabiot, pourquoi on va bien se marrer devant France-Côte d'Ivoire...

FOOTBALL Les Bleus affrontent les champions d'Afrique en titre pour leur dernier match de l'année mardi soir à Lens...

Francois Launay

— 

Laurent Koscielny et Raphaël Varane.
Laurent Koscielny et Raphaël Varane. — NIVIERE/SIPA

A la base, vous n’avez pas prévu de mater ce match. Un amical de mi-novembre en pleine semaine, c’est tout juste si vous l’aviez noté sur votre agenda. Limite, vous venez d’accepter un repas aux chandelles purée de panais, saumon papillote préparée par votre chère et tendre.

>> A lire aussi : France-Suède : Giroud mieux qu’un commercial, les Suédois furieux après l'arbitre…Dans les coulisses de la victoire des Bleus

Stop ! Il est encore temps d’annuler parce que l’air de rien, il y a plein de bonnes raisons pour ne pas rater ce France-Côte d’Ivoire, dernier match de l’année des Bleus qui se sont exportés pour l’occasion à Lens.

Parce que Bollaert va faire la fête à Varane.

La dernière fois qu’il y a mis les pieds, il portait encore des dreads locks. Depuis, Raphaël Varane s’est coupé les cheveux et a connu une ascension fulgurante. En juin 2011, le jeune défenseur formé à Lens quitte les Sang et Or après seulement six mois passés en équipe première. Direction le Real Madrid et la gloire.

Cinq ans après, Varane revient enfin à Bollaert, brassard de capitaine des Bleus sur le bras (Lloris est absent t) et plein de papillons dans l’estomac « Ça va être pas mal d’émotions parce que c‘est un retour aux sources. J’ai passé pas mal d’années de ma vie, de 9 à 18 ans, à Lens. Il y aura une émotion particulière. C’est beaucoup de fierté mais aussi l’occasion de regarder en arrière et de voir le chemin parcouru. Il y a beaucoup de plaisir » ne cache pas le défenseur madrilène.

Parce que Rabiot va connaître sa première sélection

Vous pourrez dire j’y étais ou j’étais devant ma télé ou je l’ai pas vu mais je le savais. Comme pour Zidane en 1994 à Bordeaux, la première sélection d’Adrien Rabiot va marquer les esprits. Attendu depuis longtemps à ce niveau, le Parisien devrait débuter contre les Ivoiriens. Et sans doute s’installer pour de longues années en bleu comme le pressent déjà Didier Deschamps. « Rabiot a commencé très tôt. Il a déjà plus de 100 matchs en Ligue 1, 20 matchs de Ligue des champions et il n’a que 21 ans. Il confirme ses bonnes prédispositions, il a pris du volume et a gagné en agressivité. S’il est là, c’est que je compte sur lui" lâche le sélectionneur français.

Dembélé, Fekir, Lemar, ça va être football plaisir à Bollaert 

Un match sans enjeu de fin d’année. C’est pas le moment de tester des choses qui fonctionnent déjà vu que la France est déjà en tête de son groupe de qualifs pour le Mondial 2018. Alors autant se faire plaisir et balancer des maîtres du crochet-débordement pour faire lever les foules et réchauffer les supporters lensois qui ont entamé l’hiver depuis le mois de septembre (on déconne, à cause du réchauffement climatique, l’hiver est arrivé en octobre cette année dans le Nord).

>> A lire aussi : France-Suède : L’arrivée de Thomas Lemar ? «Le talent n’a pas d’âge», selon Deschamps

Face à la Côte d’Ivoire, Deschamps a promis du changement. Et va sans doute lancer à la pelle du gamin bourré de talent. Nul doute que Dembélé, Lemar et Fekir au début ou pendant le match. « Ce sera pas la même équipe de départ que face à la Suède. J’ai la possibilité de faire six changements et je les utiliserai en cours de match ou à la mi-temps. C’est important d’avoir une équipe compétitive et e donner du temps de jeu au maximum de joueurs », promet le sélectionneur.

Parce que les Bleus peuvent battre un record

On vous prévient tout de suite, ça ne nous rendra pas le titre de champion d’Europe perdu face au Portugal. Ça n’entraînera pas non plus des scènes de liesse dignes de la Libération. Il empêche, les Bleus ont un challenge sympa à relever mardi soir. S’ils s’imposent face aux Ivoiriens, ils battront le record de victoires d’une équipe de France sur une année civile avec 14 victoires pour 2 nuls et une seule défaite (le problème, c’est que c’est la pire de toutes).

On n’y est pas encore mais les joueurs meurent d’envie de rentrer dans l’histoire. Bon en fait pas du tout, ils n’en ont rien à carrer comme le résume, avec des mots mieux sentis, Raphaël Varane. « Pour nous, le record est anecdotique mais il est révélateur de la bonne année réalisée par l’équipe de France. On veut finir sur une note positive, c’est un petit plus mais pas un objectif qu’on s’est fixé », reconnaît le défenseur français.

Parce que la Côte d’Ivoire, c’est le Brésil de l’Afrique (enfin le Brésil de 70, enfin pas loin, enfin bref, j’t’expliquerai)

Eux ont moins peuvent se la raconter. Sacrée en 2015, la Côte d’Ivoire est championne d’Afrique en titre. Même si pas mal de choses ont changé depuis ce titre. Hervé Renard est parti faire repasser ses chemises au Maroc et a été remplacé à son poste de sélectionneur par Michel Dussuyer, un autre Français, ancien gardien de Cannes. Les vieux briscards Yaya Touré, Kolo Touré ou encore Siaka Tiéné (mais si, l’ex-boucher du PSG) ont pris leur retraite internationale pour laisser place à une nouvelle génération encadrée par l’ancien Salomon Kalou qui rêve de briller face aux Bleus.

« C’est un match important en Cote d’ivoire, il sera tres suivi par la proximité entre les deux pays. C’est un match de prestige et un beau challenge à relever contre l’équipe de France », estime Michel Dussuyer. Leader de leur groupe relevé de qualifications pour le Mondial (Gabon, Maroc, Mali), les Éléphants restent une valeur sûre du continent africain. Et Didier Deschamps se méfie beaucoup d’eux. « Il y a beaucoup de folie chez les équipes africaines (alerte cliché). Il y a des dribbles, des gestes inattendus ». Comme les simulations d’étranglement de Serge Aurier par exemple (re-alerte cliché)…

>> A lire aussi : VIDEO. Coupe du monde 2018: Pourquoi Serge Aurier a-t-il mimé un égorgement pour célébrer un but?