Cheminots, fonctionnaires tous ensemble

LILLE Quelque 19.000 grévistes selon les syndicats – 10.000 selon la police - ont bravé la pluie, mardi après-midi…

Camille Robert

— 

C. DHALLUIN / 20 MINUTES

Un parapluie dans une main, un drapeau dans l'autre. Et l'autocollant syndical fièrement plastronné. Quelque 19.000 grévistes selon les syndicats – 10.000 selon la police - ont bravé la pluie, mardi après-midi, de la porte de Paris, à Lille. «La mobilisation semble plus importante qu'en 2003», jugeait Noëlle Célerier, professeur d'histoire à Villeneuve-d'Ascq. Un avis confirmé par les autres manifs de la région qui, selon les syndicats, ont réuni 700 personnes à Valenciennes, 2 000 à Dunkerque ou un millier à Arras.

«Les revendications concernent tous les âges»

Le mot d'ordre : «Non» aux réformes du gouvernement. Cheminots, fonctionnaires et sans-papiers ont ainsi marché de concert. «Les retraités côtoient les étudiants, s'enthousiasmait Théophile, élève de seconde au lycée Fénélon, bloqué depuis lundi. Contrairement aux manifestations contre le CPE, les revendications concernent tous les âges.» Et son camarade David d'ajouter : «L'union fait la force.» Union certes, mais chacun dans sa famille, qu'elle soit syndicale ou professionnelle.

Etienne Martinot, secrétaire général FO du centre hospitalier d'Arras, menait une troupe colorée brandissant des caricatures de Roselyne Bachelot, ministre de la Santé. «Nous protestons contre les suppressions de postes prévues dès 2008, justifiait le syndicaliste. 35% du personnel de mon hôpital est en grève.» Même topo dans l'Académie de Lille où 35,23% des enseignants étaient en grève. De fait, 14 des 82 écoles primaires lilloises étaient fermées mardi.