Le Nouveau Centre tire le signal d'alarme face à l'UMP

Olivier Aballain - ©2007 20 minutes

— 

La faim mais pas encore les moyens. Avec seulement 180 adhérents dans tout le département du Nord, le Nouveau Centre espère peser aux prochaines municipales. Le parti, qui organisera le 14 décembre prochain son premier congrès nordiste, communiquait hier sur sa stratégie. Et il compte employer toutes les ruses : par exemple, maintenir le suspens sur une éventuelle candidature à Lille de Valérie Létard, secrétaire d'Etat à la Solidarité, alors que l'UMP a désigné le jeune député Sébastien Huyghe.

Car cette stratégie est d'abord tournée vers l'UMP. Un « partenaire naturel » qui, selon Francis Vercamer, délégué départemental du Nouveau Centre, « n'a pas encore bien compris l'utilité » du nouveau parti centriste. Alors, le député-maire de Hem prévient : candidatures indépendantes, alliance avec l'UMP ou avec le MoDem de François Bayrou, « toutes les options restent possibles » en vue des municipales. Le parti présidé par Hervé Morin, ministre de la Défense, désignera le 16 décembre des chefs de file dans toutes les villes de plus de 30 000 habitants. Un premier avertissement à destination de l'UMP ? Sauf qu'à Roubaix, Francis Vercamer avoue : « On n'a personne. Arnaud Verspieren dévie vers le PS. Je ne sais pas quoi faire pour l'en empêcher. » Idem pour Christian Carnois, tenté par la liste Gérard Caudron (ex-PS) à Villeneuve d'Ascq, ou Michel Van Tichelen (ex-UDF) à Tourcoing. « Ils dévient. Si l'UMP ne nous laisse aucun espace, le MoDem, donc la gauche, représentera les centristes à la communauté urbaine. » Deuxième avertissement.