Lille: Le carton du dessinateur Zep au Palais des Beaux-Arts

CULTURE Le papa de Titeuf a animé les collections du Palais des Beaux-Arts de Lille dependant plus de sept mois...

Olivier Aballain

— 

Le dessinateur Zep est l'invité de l'Open museum du Palais des Beaux-arts de Lille.
Le dessinateur Zep est l'invité de l'Open museum du Palais des Beaux-arts de Lille. — M.Libert / 20 Minutes

Aux Beaux-Arts de Lille, le succès du musée ouvert ne se dément pas. Cette fois, c’est le dessinateur Zep, créateur de Titeuf, qui a enrichi de son talent les collections du palais des Beaux-Arts. Pour sa 3e édition, la saison « Open Museum » a attiré 157.500 visiteurs dans l’institution lilloise, réenchantée par les détournements de Zep.

>> A lire aussi : Vidéo. Le dessinateur Zep se lâche au Palais des beaux-arts de Lille

Selon la direction du musée, l'« Open Museum » signé Zep a dopé de 35 % la fréquentation des collections permanentes, par rapport au nombre habituel de visiteurs, hors exposition.

La moitié des visiteurs n’étaient jamais venus

De fait, le Palais des Beaux-Arts a aussi pris acte des succès précédents (avec le groupe électro Air pour la première édition en 2014, puis Donald en 2015), en doublant le temps libre accordé à Zep. Cette fois, l’Open Museum a duré sept mois et demi, contre environ trois mois en 2014 et 2015. Sans surprise, le nombre de visiteurs accueillis est donc doublé par rapport aux deux premières éditions.

La plus belle satisfaction du musée reste la large part du public, 54 %, qui a franchi ses portes pour la première fois, à la faveur de l’Open Museum. Et en plus, un tiers des visiteurs avait moins de 26 ans (32 %).

L’idylle du musée avec le monde de la bande dessinée a même permis de transformer en succès l’annulation de la grande Braderie de Lille, remplacée ici par une conviviale braderie de la BD.

>> A lire aussi : Lille: Le programme surprise du week-end de «non-Braderie»

Au printemps prochain, c’est le chef parisien Alain Passard, patron de l’Arpège (trois étoiles au guide Michelin), qui doit venir cuisiner à sa sauce les collections lilloises.