Nord: Pas de sanction contre les profs qui avaient dénoncé un fait de harcèlement

EDUCATION La ministre de l’Education nationale a annulé la retenue sur salaire qui frappait des enseignants lanceurs d’alerte de Condé-sur-l’Escaut…

G.D.

— 

Najat Vallaud Belkacem, ministre de lEducation Nationale, de l'enseignement supérieur et de la recherche donne une conférence de presse afin de présenter la 2eme journée «Non au harcèlement»
Najat Vallaud Belkacem, ministre de lEducation Nationale, de l'enseignement supérieur et de la recherche donne une conférence de presse afin de présenter la 2eme journée «Non au harcèlement» — SIPA

Finalement, les profs qui avaient dénoncé un fait de harcèlement ne seront pas sanctionnés. Ce jeudi matin, dans l’émission Télématin de France 2, la ministre de l’Education nationale, Najat Vallaud-Belkacem a indiqué que la retenue sur salaire ne serait pas appliquée pour les enseignants d’un lycée de Condé-sur-l’Escaut, près de Valenciennes, selon La Voix du Nord.

Ces derniers avaient refusé de faire cours, le 3 octobre, pour protester contre les agissements d’un groupe d’élèves qui avaient suspendu un lycéen par les pieds dans le vide.

>> A lire aussi : Harcèlement: Un lycéen suspendu dans le vide par des camarades

Intervention du député

Le député (PCF) de la circonscription, Alain Bocquet, s’était ému de cette retenue sur salaire infligée par le rectorat de Lille à travers une lettre ouverte envoyée à la ministre de l’Education nationale. Invitée à la télévision pour évoquer la journée nationale  « Non au harcèlement », Najat Vallaud-Belkacem en a profité pour annoncer qu’elle levait cette sanction dont elle a expliqué les motifs initiaux.

Les professeurs ont exercé un droit de retrait qui n’est applicable qu’en cas de danger direct et imminent sur le personnel. Ce qui n’était pas le cas à Condé-sur-l’Escaut. « Le harcèlement n’est pas une fatalité, a ajouté la ministre. Il ne faut pas hésiter à porter plainte », estimant qu’il faut « une réaction rapide au sein des établissements ».

A lire aussi: Harcèlement scolaire, « on protège mieux les adultes que les enfants »