Calais: Les travaux de démolition de la «jungle» ont repris

MIGRANTS Trois imposantes pelleteuses ont pénétré l’extrémité nord du camp...

20 Minutes avec AFP

— 

Le camp de migrants de Calais, 4 jours après le début de son évacuation en octobre 2016
Le camp de migrants de Calais, 4 jours après le début de son évacuation en octobre 2016 — O. Aballain / 20 Minutes

Les travaux de démolition de la « jungle » de Calais, désormais déserte, ont repris samedi matin, à deux jours de la fin annoncée des opérations. Peu après 8h, trois imposantes pelleteuses ont pénétré l’extrémité nord du camp, et recommencé à ramasser les débris des cabanes ravagées par les incendies de la semaine.

>> A lire aussi : «Jungle de Calais»: Malgré le démantèlement, les problèmes demeurent

De nombreuses bennes étaient postées à l’entrée du camp, au côté d’une dizaine de fourgons de CRS.

Beaucoup d’abris ont échappé aux flammes

La tâche s’annonçait encore importante avant la fin des travaux, annoncée pour lundi soir. Un nombre significatif d’abris ont échappé aux flammes et demandaient ainsi davantage qu’un simple ramassage. En dehors des ouvriers et policiers, le désormais ex-bidonville était quasi désert samedi matin, même s’il était difficile de conclure de façon certaine qu’aucun abri n’était occupé.

>> A lire aussi : «Jungle» de Calais: Où sont partis les migrants? On fait le bilan du démantèlement

Quatre migrants récitaient une prière devant l’église orthodoxe, aux environs de laquelle ils ont passé la nuit. L’édifice avait été préservé lors du démantèlement de la « Jungle » sud en mars, mais devrait être bientôt détruit comme l’a été vendredi soir l’école située à 200 m, où une centaine de jeunes migrants avaient dormi dans la nuit de jeudi à vendredi.

Quelques mineurs encore présents

A l’est du camp, au Centre d’accueil provisoire (CAP), quelques mineurs promis à un départ en Angleterre au titre de la réunification familiale faisaient leur toilette du matin. Devant l’entrée des conteneurs, l’un d’entre eux s’inquiétait de son sort, preuve que l’obtention du bracelet donnant accès au CAP n’a pas éteint les doutes de tous. Juché sur un vélo, il a demandé que l’on lise un message écrit sur un bout de papier, où était récapitulée sa situation - son frère l’attend en Grande-Bretagne.