Nord : Après une affaire de harcèlement scolaire, un député s’inquiète de sanctions envers des profs

EDUCATION Le député-maire (PCF), Alain Bocquet, juge « inacceptable » la retenue sur salaire subie par des profs qui avaient fait grève pour dénoncer un cas de harcèlement scolaire…

Gilles Durand

— 

Le député-maire, Alain Bocquet (PCF).
Le député-maire, Alain Bocquet (PCF). — IBO/SIPA

Alain Bocquet, député-maire (PCF) de Saint-Amand-les-Eaux (Nord) s’est fendu d’un courrier à la ministre de l’Education nationale, Najat Vallaud-Belkacem, pour contester la sanction financière qu’ont subie certains enseignants d’un lycée de Condé-sur-L’Escaut, près de Valenciennes.

Suspendu dans le vide par des élèves de sa classe

Fin septembre, un lycéen de cet établissement avait raconté avoir été suspendu dans le vide par des élèves de sa classe. Il aura fallu un mouvement de grève des enseignants, le lundi 3 octobre, pour que l’affaire soit portée sur la place publique. Après ce mouvement, la direction du lycée avait fini par convoquer un conseil de discipline pour les sept lycéens mis en cause.

>> A lire aussi : Harcèlement scolaire : « On protège mieux les adultes que les enfants »

Sauf que les profs qui se sont mis en grève pour dénoncer ce cas présumé de harcèlement scolaire viennent de recevoir une retenue sur salaire. « Ce n’est évident pas acceptable, compte tenu des circonstances exceptionnelles et graves entourant ces faits, souligne Alain Bocquet dans sa lettre. Et cette sanction sur salaire laissera de très sérieuses blessures chez ces enseignants qui luttent pour le bien des élèves »

« Manque de soutien de la hiérarchie académique »

Le député-maire dénonce « un manque de soutien de la hiérarchie académique », estimant que « ces enseignants devraient plutôt être encouragés que discrédités ». Il demande « de lever cette sanction » et de « supprimer cette retenue injuste sur salaire ».

Et de conclure : « il faut respecter et protéger ces lanceurs d’alerte. On a besoin d’eux pour vaincre ce mal inquiétant du harcèlement et de la violence à l’école ».