Migrants à Calais: Un maire FN admet que les réfugiés ne posent «aucun problème d’ordre public»

SOCIETE Après avoir refusé d’accueillir des migrants dans sa commune, un maire FN de l’Aisne reconnaît qu’il n’a aucun souci avec la trentaine de demandeurs d’asile…

G.D.

— 

La mairie de Villers-Cotterêts.
La mairie de Villers-Cotterêts. — Google Maps

A Villers-Cotterêts, le maire FN calme les ardeurs de son parti. Dans sa commune de plus de 10.000 habitants, dans l’Aisne, une trentaine de demandeurs d’asile sont déjà accueillis depuis plusieurs mois par l’association Abej Coquerel.

Il a beau être au Front National, le maire Franck Briffaut, tient désormais un discours différent de sa fédération départementale.

Absence de troubles

Après l’annonce dudémantèlement du camp de Calais, cette fédération s’alarmait de l’arrivée de 121 migrants qui ferait craindre « la dissémination de petites jungles ». Franck Briffaut, au contraire, reconnaît l’absence de troubles dans sa commune, rapporte L’Aisne Nouvelle. Il y a un an, il refusait pourtant de recevoir des migrants.

>> A lire aussi : Un centre d’accueil où les migrants aimeraient apprendre le français

« Il n’y a pas de problème d’ordre public pour l’instant », avoue-t-il au quotidien régional, précisant même : « Le fond de ma pensée, c’est que ces gens qui sont véritablement des réfugiés ne posent pas problème. Mais il faut arrêter, ceux de Calais ne sont pas que des réfugiés politiques. »

Culture du secret

Le seul reproche que formule le maire de Villers-Cotterêts, c’est la culture du secret qu’entretient la préfecture : « Ils auraient pu au moins me tenir informé, ne serait-ce que pour expliquer et répondre aux habitants. Ils nous demandent de remonter plein d’informations, mais dans l’autre sens, ce n’est pas vrai ».