Un important trafic de cannabis « indoor » démantelé dans le Nord et l’Est de la France

ENQUÊTE En cavale, le principal suspect gagnait 500.000 euros par an grâce à ce trafic…

M.L. avec AFP

— 

La culture de cannabis «indoor» est en pleine expansion (illustration).
La culture de cannabis «indoor» est en pleine expansion (illustration). — Lee Jones/Shutterstock/SIPA

Un trafic de « cannabis indoor » a été démantelé dans le nord et l’est de la France la semaine dernière. Sept personnes ont été interpellées a-t-on appris, lundi, de source policière.

Cette belle affaire a commencé en juin 2015 à Arques, dans le Pas-de-Calais. Des policiers ont découvert fortuitement un hangar où poussaient des centaines de plants de cannabis. Une enquête a été ouverte par le parquet de Boulogne-sur-Mer et les policiers ont orienté leurs investigations vers la Belgique et l’Italie.

Un suspect en cavale depuis 14 ans

« La coopération avec la police belge et italienne a permis d’identifier le principal mis en cause, qui a la particularité d’être recherché depuis 14 ans », a indiqué un policier de la brigade des stupéfiants de Saint-Omer. Originaire du nord de la France, il avait été condamné en 2002 à quatre ans de prison ferme pour trafic de stupéfiant et était en cavale depuis.

Début 2016, les enquêteurs ont repéré leur cible à Marville, un petit village de 400 habitants dans la Meuse. Les investigations ont permis de mettre au jour l’installation d’une autre « culture indoor » de cannabis dans une ancienne boulangerie.

Installation « professionnelle »

« Elle a été aménagée de façon professionnelle, du sous-sol au grenier, sur plusieurs étages, complètement dédiée à la culture indoor de cannabis », explique cette source policière. Un de ses principaux complices avait également installé une production semblable à Longwy, en Meurthe-et-Moselle.

>> A lire aussi : 4.500 pieds de cannabis saisis en Loire-Atlantique

Le 11 octobre, les policiers ont lancé une opération dans le Nord, dans l’Est, en Dordogne et en Belgique pour démanteler le trafic. De nombreux effectifs ont été mobilisés pour l’occasion, notamment la sûreté départementale du Pas-de-Calais, la Jirs de Lille, le Raid et la gendarmerie.

>> A lire aussi : Deux façons de se faire choper pour vente ou culture de cannabis

Cinq personnes en France et deux en Belgique, ont été interpellées et placées en garde à vue. Trois sont déférées devant le juge d’instruction et deux sont écrouées, dont le principal suspect, âgé de 43 ans, qui percevait un profit d’un demi-million d’euros par an pour ce juteux trafic.