Lille: Le tribunal récupère une partie de l'affaire Kerviel

JUSTICE Les juges lillois examineront la plainte d’une ancienne magistrate du parquet de Paris, enregistrée à son insu pendant l’enquête sur l’affaire Kerviel…

Olivier Aballain

— 

Jérome Kerviel (au centre), et son avocat Me Koubbi (à droite), le 23 septembre
Jérome Kerviel (au centre), et son avocat Me Koubbi (à droite), le 23 septembre — M. Bureau / AFP

L’affaire Kerviel devient un peu lillloise. La justice a délocalisé au tribunal de Lille l’enquête pour violation de la vie privée, ouverte à la suite de la plainte d’une ancienne magistrate, Chantal de Leiris. Un enregistrement de ses propos, réalisé à son insu, avait été utilisé par la défense de Jérôme Kerviel lors du troisième procès de l’ancien trader de la Société Générale.

>> A lire aussi : Kerviel: Coup de théâtre, un enregistrement pourrait faire basculer l’affaire

Dans cet enregistrement, qui daterait du 15 juin 2015, on peut entendre une conversation privée tenue dans un café parisien entre Chantal de Leiris, ex-vice-procureure de la République de Paris, et Nathalie Le Roy, laquelle était en charge de l’enquête sur l’affaire Kerviel pour le compte de la Brigade financière.

L’ancienne magistrate, désormais retraitée mais réserviste, y affirmait notamment qu’il était « évident » que la Société Générale était au courant des opérations de son trader.

Délocalisé pour éviter Paris

L’information judiciaire a été dépaysée à Lille pour ne pas rester à Paris, où Chantal de Leiris était en poste. La plainte vise l’ancienne policière, accusée d’avoir réalisé cet enregistrement, ainsi que l’ex-trader et son avocat, Me David Koubbi (poursuivi pour recel).

La magistrate « se réjouit de la poursuite de cette procédure qu’elle a initiée », a réagi son avocat, Me Olivier Baratelli, auprès de l’AFP.

>> A lire aussi : «Ce soir, nous serons des héros ou des chiens galeux…»: On a passé la journée avec Kerviel

Le 23 septembre, à l’issue du troisième procès de Jérôme Kerviel, la cour d’appel de Versailles a réduit à un million d’euros (contre 4,9 milliards précédemment) les dommages et intérêts que Jérôme Kerviel est condamné à verser à la banque. Au pénal, l’ancien trader a été définitivement condamné à cinq ans de prison, dont trois ferme.