Lille: Aubry va «enquiquiner» Cazeneuve pour obtenir des policiers

SECURITE Répondant aux critiques sur l’insécurité en ville, la maire de Lille espère voir revenir les deux compagnies de CRS affectées en 2015…

Olivier Aballain

— 

Patrouille de police à Lille en 2014
Patrouille de police à Lille en 2014 — M.Libert / 20 Minutes

« Nous travaillons la journée et la nuit ». Martine Aubry a vivement contesté, en amont du conseil municipal du 6 octobre, les critiques sur l’insécurité en ville, exprimées par l’opposition lilloise dans la foulée d’un éminent chercheur lillois, auteur d’une lettre ouverte, mi-septembre.

>> A lire aussi : Sécurité: Lettre au vitriol d'un sympathisant de gauche à Aubry

« Les mots m’ont meurtrie », a expliqué la maire de Lille, accusée d'« autisme » sur le sujet par l’opposition LR-UDI.

« Je consacre 40 % de mon temps à la sécurité, et Arnaud Deslandes [le directeur de cabinet] c’est plutôt 80 % », assure Martine Aubry, pour qui la « simplification à outrance » empêche l’opposition de « proposer des réponses ».

Actions en cours dans plusieurs quartiers

Concernant le quartier de Wazemmes en particulier, la maire de Lille affirme que « deux ou trois opérations » sont en cours de montage « avec le Préfet » pour déloger certains trafics.

Elle concède, « c’est évident », qu’une « détérioration » est observée près de la mairie de quartier, et la relie en partie à « l’effet plumeau » (dispersion) provoqué par l’installation de vidéosurveillance dans la rue Jules-Guesde.

>> A lire aussi : Lille: Des caméras pour lutter contre les trafics autour de la rue Jules-Guesde

« Les caméras ça peut être utile, mais on savait bien que ça n’allait pas tout régler », commente la maire. Elle cite une autre « action » en cours rue Pierre-Legrand, à Lille-Fives. « Avec le Préfet, on ne refait pas la théorie de la sécurité, on parle de cas très concrets ».

Et mes CRS, alors ?

Martine Aubry s’en remet aussi à la promesse, obtenue du ministre de l’Intérieur Bernard Cazeneuve, de voir revenir à Lille les deux compagnies de sécurité (CRS) annoncées il y a un an.

Ces 200 hommes « ont fait un travail remarquable », notamment dans le quartier de Moulins, mais ils ont ensuite été mobilisés pour sécuriser Calais et la frontière franco-belge. « J’ai hâte qu’ils reviennent, confie Martine Aubry, en promettant de « continuer à enquiquiner Bernard Cazeneuve » malgré les renforts de police déjà obtenus, « parce que ce n’est pas suffisant ».