Hauts-de-France: Le problème du non remplacement des enseignants se pose toujours

EDUCATION D’une rentrée scolaire à l’autre, le remplacement des enseignants absents est un vrai marronnier…

Mikael Libert

— 

Le problème du non-remplacement des enseignants est loin d'être résolu (illustration).
Le problème du non-remplacement des enseignants est loin d'être résolu (illustration). — M.Libert / 20 Minutes

Un problème insoluble ? Un mois après la rentrée des classes, l’Académie de Lille est de nouveau confrontée à la galère de remplacement des enseignants absents. Pourquoi cette question, qui se pose pourtant chaque année, n’est-elle pas réglée ? Sans doute parce que la solution n’est pas qu’une histoire de moyens.

En mars dernier, Guy Charlot, directeur académique, avait assuré à 20 Minutes que 40 contractuels allaient être recrutés pour « boucher les trous » jusqu’au mois de juin. Après ça… « Depuis la rentrée de septembre, nous avons beaucoup de remontées concernant des absences de professeurs de mathématiques », assure Karine Dupuis de la fédération de parents d’élèves (FCPE) du Pas-de-Calais. Dans les établissements concernés, ce sont les profs de physique qui prennent la relève et, du coup, « ça déplace le problème » selon elle.

Un problème de mathématiques

Un constat partagé par Nicolas Penin, secrétaire académique du syndicat d’enseignants SE-UNSA : « La situation est la même que les années précédentes, dans des disciplines comme les maths en particulier », affirme-t-il. Mais le syndicaliste reconnaît qu’il ne s’agit pas forcément de mauvaise volonté du ministère : « Comme il n’y a pas assez de personnes qui se présentent aux concours, forcément il y a moins de professeurs qui arrivent. Certaines matières, comme les maths, manquent d’attractivité. »

>> A lire aussi : Les élèves ont manqué près de 20.000 jours de classe

Stéphane Furina, prof d’anglais et auteur du livre Pire que les élèves, a aussi été confronté à la galère du remplacement. « Le gros souci, ce sont les absences de moins de 15 jours pour lesquelles les écoles se débrouillent en interne, explique-t-il. Ou plusieurs profs qui partent en formation en même temps ». Fin octobre, il va d’ailleurs sortir un livre sur les « meilleures excuses bidon » des profs pour gratter un arrêt maladie.

Un projet de loi

Mardi, Jean-Jacques Candelier, député du Nord (Front de gauche), a déposé un projet de loi devant l’Assemblée Nationale afin, notamment, « d’imposer le remplacement des enseignants absents dans un délai de 24 heures ».

« Pourquoi pas, réagit le syndicat SE-UNSA, tant que ça ne se répercute pas sur les emplois du temps des collègues ». Sollicitée par 20 Minutes, l’Académie de Lille n’a pas donné suite.