Harcèlement: Un lycéen suspendu dans le vide par des camarades

HARCÈLEMENT Un élève d'un lycée de Condé-sur-l'Escaut (Nord) a été suspendu dans le vide à deux reprises par des camarades de classe...

Olivier Aballain

— 

Le lycée du Pays de Condé, à Condé-sur-l'Escaut (Nord)
Le lycée du Pays de Condé, à Condé-sur-l'Escaut (Nord) — Google Street View

La justice s’est saisie elle-même de l’affaire révélée par la Voix du Nord, lundi. Le procureur de la République de Valenciennes a ouvert une enquête sur des faits très graves de harcèlement scolaire, commis dans un lycée de Condé-sur-l’Escaut (Nord). Un élève dit avoir été suspendu dans le vide par plusieurs camarades, depuis une passerelle située au troisième étage de l’établissement, à six mètres de hauteur.

Le procureur François Pérain a précisé que l’élève victime, âgé de 15 ans, avait été entendu mardi matin, alors qu’il n’avait pas encore porté plainte. D’après le récit du jeune garçon, les faits se sont produits à deux reprises, les mercredis 21 et 28 septembre. Mais « d’autres faits vexatoires ou humiliants » ont été rapportés par la victime, indique le magistrat, qui prévient que l’enquête ne fait que commencer.

Sept camarades de sa classe de seconde

Contacté par 20 Minutes, le proviseur du lycée, Jacques Marissiaux, précise que la victime a désigné sept camarades de sa classe de seconde, qui le harcelaient « depuis le 5 septembre, apparemment en raison de sa petite taille ». Le chef d’établissement assure n’avoir eu connaissance des faits qu’en recevant un « rapport » écrit de l’élève le 29 septembre, au lendemain de la dernière agression.

Il aura fallu un mouvement de grève des enseignants, lundi après-midi 3 octobre, pour que l’affaire vienne sur la place publique. L’initiative visait notamment à réclamer des mesures disciplinaires. A la suite de ce mouvement, la direction du lycée a d’ailleurs décidé de convoquer en conseil de discipline, le 14 octobre, les sept lycéens mis en cause, et non plus seulement les deux « leaders » que le proviseur pensait initialement avoir identifiés.

Menaces d’exclusion et de procédure judiciaire

« Le problème c’est qu’aucun enseignant n’a été le témoin direct des agressions, relate Jacques Marissiaux. Mais j’ai reçu de nouveaux témoignages qui s’ajoutent à celui de la victime. Je proposerai l’exclusion définitive des sept élèves ». La victime, de son côté, a reçu le soutien d’une pétition lancée par des élèves de BTS.

Dans l’enquête judiciaire, le procureur de Valenciennes précise que 4 individus ont été pour l’heure identifiés en tant qu'« auteurs principaux ». D’un point de vue pénal, ils sont soupçonnés de violences volontaires en réunion, et de harcèlement moral en milieu scolaire. Les mineurs de plus de 13 ans reconnus coupables de harcèlement sont passibles d’une peine de 6 à 18 mois de prison, et de 7.500 euros d’amende.

Le lycée polyvalent du Pays-de-Condé a ouvert ses portes en 2009, en remplacement de trois établissements du secteur. Il accueille 1.600 élèves cette année.