Mer: Le projet fou des Belges pour endiguer la mer du Nord

FICTION Le gouvernement flamand cherche un moyen de lutter contre la montée des eaux prévue par les scientifiques dans les cent ans à venir…

Olivier Aballain

— 

Le projet d'îles artificielles au large de Knokke-Heist
Le projet d'îles artificielles au large de Knokke-Heist — Vlaamse Baaien

Les autorités belges ont plus d’un tour dans leur sac pour prévenir les effets du réchauffement climatique. La région flamande a donné samedi un nouvel élan aux études sur l’implantation d’une île artificielle « pilote » de 40 hectares, au large de Knokke-Heist.

Objectif : prémunir le trait de côte de cette station balnéaire chic contre la montée des eaux. A cet endroit, la montée des eaux pourrait atteindre 80 cm d’ici 2100, selon les scientifiques.

Le ministre du Tourisme de la région Flandre, Ben Weyts, a annoncé le déblocage de 8 millions d’euros pour étudier les fonds marins et la faisabilité de cette « ligne de défense ».

Une construction envisagée à partir de 2020

Le projet « Vlaamse Baaien » (baies flamandes), repéré par France3 Nord-Pas-de-Calais, prévoit le remblai d’un îlot à 1,2 km au large de Knokke-Heist. Il inclut également la construction d’un petit barrage pour réguler le débit d’entrée au port de Zeebrugges, et l’aménagement d’un « atoll de production d’énergie », à l’extrémité ouest de la zone.

Le ministre espère pouvoir lancer la construction de l’île « pilote » à partir de 2020, pour un coût estimé de 50 à 100 millions d’euros. Mais le projet final est beaucoup plus vaste et porte sur l’aménagement de 450 hectares pouvant servir de refuge aux oiseaux, mais aussi d’appui pour un projet de port de plaisance. Les éoliennes et bâtiments en hauteur y seraient en revanche proscrits.

Le projet a démarré en réaction aux grandes tempêtes de l’hiver 2013-2014, et en particulier celle qui avait frappé l’Europe du Nord début décembre.

Mais le plan « Vlaamse Baaien », porté par le gouvernement flamand, est contesté par le conseil municipal de Knokke-Heist, qui dénonce un manque de concertation.