Football: Lens et Valenciennes dans les clous, Lille à la ramasse

FOOTBALL Après deux mois de compétition, le bilan des trois clubs nordistes professionnels est contrasté...

Francois Launay

— 

Le transfert d'Eder a coûté cinq millions d'euros au LOSC. / AFP PHOTO / FREDERICK FLORIN
Le transfert d'Eder a coûté cinq millions d'euros au LOSC. / AFP PHOTO / FREDERICK FLORIN — AFP

Déjà deux mois de compétition et on en sait un peu plus sur la valeur de nos trois clubs nordistes professionnels engagés en Ligue 1 et Ligue 2. Au moment où débute une trêve internationale de quinze jours, on tire le bilan des équipes régionales.

Lille est à la ramasse

Objectif fixé : le top 6. Classement actuel : 18e

Pas la peine de s’appesantir sur les causes du déclin, après huit matchs de Ligue 1, le LOSC a clairement raté son début de saison. Avec sept petits points au compteur et déjà cinq défaites, les Dogues ne sont que l’ombre de l’équipe qui a terminé cinquième la saison dernière. L’élimination en tour préliminaire de Ligue Europa début août face aux Azéris de Qabala avait donné le ton.

Lille, qui a aussi perdu plusieurs joueurs majeurs cet été (Boufal, Sidibé, Balmont…) ne s’est jamais remis de cette sortie inattendue. Sa défense (14 buts encaissés) est une vraie passoire et ses attaquants manquent de confiance. Seule satisfaction :le succès tiré par les cheveux samedi face à Nancy (1-0) qui permet au LOSC de quitter la dernière place et de respirer un peu mieux

Lens est dans les clous

Objectif fixé : la remontée en Ligue 1. Classement actuel : 4e

Alain Casanova ne s’en est jamais caché. Dès son arrivée à la tête duRC Lens cet été, l’entraîneur a annoncé d’emblée son intention de faire remonter le club en Ligue 1 dès cette saison. Après deux mois de compétition, l’objectif est plus que dans les cordes du Racing. Si le club a mis du temps à démarrer, sa série en cours de trois victoires d’affilée l’a parfaitement relancé.

Quatrième de Ligue 2, le club artésien n’a que deux points de retard sur les deux premiers, les deux positions qui donnent un accès direct à la Ligue 1 (le troisième jouera un barrage contre le 18e de Ligue 1).

Bref, tout va bien chez les Sang et Or. Après de nombreux problèmes extra-sportifs et une interdiction de recruter sous l’ère Mammadov, Lens a réussi à se séparer de son homme d’affaires azéri au mois de mai dernier.

La société Solferino, fonds d’investissement luxembourgeois composée entre autre de dirigeants de l’Atletico Madrid, a remplacé Mammadov et a redonné au club de l’air financier. Avec douze renforts cet été, le Racing, qui a la meilleure attaque de Ligue 2 (15 buts), s’est donné les moyens de ses ambitions.

Valenciennes fait mieux que prévu

Objectif fixé : le maintien. Classement actuel : 7e

Interdiction de recrutement à titre onéreux et encadrement de la masse salariale. Avant même le début de saison, cette décision de la DNCG avait jeté un froid du côté du VAFC. Comment une équipe qui avait joué le maintien jusqu’au bout ces deux dernières saisons allait-elle s’en sortir sans vraiment se renforcer (3 recrues) ? Après deux mois de compétition, VA semble avoir trouvé la bonne réponse.

Si son effectif a peu changé, il se connaît très bien et l’équipe n’a pas eu besoin d’un temps d’adaptation. Conséquence : le club du Hainaut occupe la septième place après dix journées avec déjà huit points d’avance sur la zone de relégation.

Bref, l’opération maintien, objectif du club en début de saison, est bien parti. Et VA peut même commencer à espérer mieux. Les dirigeants visent désormais le top 10. Et Faruk Hadzibegic, l’entraîneur valenciennois, s’autorise même parfois à parler d’accession.

Mais pour décrocher le Graal, VA devra déjà commencer à mieux gérer ses matchs et à faire preuve d’une meilleure efficacité offensive. Mais l’ensemble tient la route. Peut-être pas pour monter mais pour au moins pour assurer un maintien tranquille.