Lille: «Moodi», une application entre «Minority report» et «Trip advisor»

INNOVATION Développée par une start-up lilloise, « Moodi » a été récompensée par Keolis à la suite de son appel à projets sur la mobilité…

Mikael Libert

— 

Aurélien Lepretre a reçu un prix Keolis pour la solution Moodi.
Aurélien Lepretre a reçu un prix Keolis pour la solution Moodi. — M.Libert / 20 Minutes

Lundi, Keolis, exploitant du réseau de transports en commun Transpole, a remis un prix à trois start-up de la métropole dans le cadre de son appel à projets « Mobilidées ». Il y avait d’abord «Pictotravel », dont 20 Minutes avait déjà parlé, «  Pedalille », qui reste à développer, et enfin « Moodi » dont l’avancée est prometteuse. Arrêt sur ce dernier.

« Nous voulions développer l’innovation collaborative en nous basant sur le réseau des start-up locales », a assuré Gilles Fargier, DG de Keolis Lille, en présentant les lauréats de son appel à projet, lancé fin juin. Parmi les thèmes imposés, il y avait « ambiance et sentiment de sécurité dans les transports ». Un vaste programme auquel Aurélien Lepretre, président de la start-up Insitaction, a répondu avec la solution Moodi.

« Météo émotionnelle »

« L’idée de base, c’est de créer une cartographie en temps réel de la météo émotionnelle des usagers des transports », explique l’entrepreneur de 38 ans. Grâce à Moodi, le voyageur va pouvoir donner son ressenti, signaler une incivilité, une agression ou, plus largement, n’importe quel problème rencontré dans les transports. « Les données récoltées sont remontées à l’exploitant qui pourra agir rapidement », poursuit Aurélien Lepretre.

Dans un deuxième temps, Moodi va aller beaucoup plus loin. « Grâce notamment aux données de vidéosurveillance fournies par Transpole, et en collaboration avec les chercheurs de l’Inria, nous allons développer un algorithme prédictif qui pourra anticiper les problèmes avant même qu’ils ne surviennent », avance le lauréat. De la science-fiction ? « De l’analyse mathématique », rectifie Aurélien Lepretre.

Mieux vaut prévenir que guérir

Il ne s’agit pas forcément de créer une division « précrime » comme dans le film Minority report de Steven Spielberg. L’algorithme devrait gérer les problèmes de sécurité en général : « Par exemple, l’analyse des données peut montrer que régulièrement, une personne tombe à tel endroit dans telle station parce qu’il y a trop de monde ou parce qu’il a plu. Si les mêmes conditions se représentent, il sera alors possible d’anticiper », explique Aurélien Lepretre.

La solution Moodi devrait être incorporée à l’application Transpole aux alentours du 1er trimestre 2017 pour la partie signalisation. L’algorithme prédictif, lui, ne sera pas opérationnel avant un an.