Lille: Son journal intime raconte le calvaire scolaire vécu par une élève qui s’est suicidée

SOCIETE Dans un journal intime retrouvé après sa mort, une adolescente évoque le harcèlement scolaire qu’elle a subi dans un collège privé de Lille…

G.D.

— 

Illustration du harcèlement scolaire.
Illustration du harcèlement scolaire. — Witt / SIPA

Un soupçon de harcèlement scolaire* qui pèse lourd. C’est un témoignage poignant que livre, ce mardi, La Voix du Nord, en publiant des extraits du journal intime d’Emilie, décédée le 22 janvier 2016, à l’âge de 17 ans, après une tentative de suicide.

J’entendis quelques « clocharde » !

Selon les parents, la dépression de leur fille est liée au contexte scolaire qu’elle a supporté lorsqu’elle était au collège Notre-Dame de la Paix, dans le Vieux-Lille. « Harcelée par d’autres élèves, elle a vécu dans la terreur de la 5e à la 3e. Sa dépression trouve son origine là-dedans », avouent-ils au quotidien régional.

>> A lire aussi : EnjoyPhoenix témoigne sur France 2 de son harcèlement scolaire

L’adolescente évoque les difficultés qu’elle a vécues dans ce journal intime découvert après sa mort. « Je sentais sur moi les regards des autres. Je voyais leurs sourires quand ils me scrutaient, je sentais leurs yeux se poser sur mes vieilles baskets, mon jean effilé, mon pull à col roulé et mon sac à dos. J’entendis quelques "clocharde" ! », écrit-elle.

Elève brillante

L’adolescente est une élève brillante. Elle raconte que cela lui vaut des remarques humiliantes. « Il paraît qu’ils vont décerner un prix aux "intellottes" les plus moches de chaque pays (…). La classe explosa de rire. Voyant que je ne réagissais pas, il m’envoya son équerre dans la tête. » Elle affirme que l’enseignant n’intervient pas.

Croche-pieds et chewing-gum collés dans les cheveux sont autant d’épisodes qu’elle décrit. Ses récréations, elle doit les passer aux toilettes pour « être sûre d’être tranquille ».

Une phobie scolaire

Jamais elle ne parle de ses problèmes à ses parents, divorcés. « Je ne voulais pas que mes parents sachent à quel point j’étais pitoyable (…) et pensent avoir donné naissance à une pure sous-merde. » Jusqu’à ce qu’ils la retirent du collège après une crise d’angoisse.

Les trois années suivantes, elle sera suivie psychologiquement à cause d’une phobie scolaire. En décembre 2015, elle se défenestre. Elle décédera quelques semaines plus tard. Les parents d’Emilie ont porté plainte contre le collège Notre-Dame de la Paix en février 2016, estimant que la direction et les enseignants n’ont rien fait. Une enquête a été ouverte.

*France 3 propose, ce mardi soir, une soirée consacrée au harcèlement scolaire.