VIDEO. Nord: Les policiers belges interpellés parce qu'ils convoyaient des migrants en France

POLICE Deux agents de police d'Ypres (Belgique) ont été interceptés sur le territoire français, le 20 septembre, en train de convoyer treize migrants...

Olivier Aballain

— 

Rekkem, le 21 février 2013. Opération dans le cadre de la coopération transfrontalière des polices a l'ancien poste frontière sur l'autoroute A22 entre la France et la Belgique.
Rekkem, le 21 février 2013. Opération dans le cadre de la coopération transfrontalière des polices a l'ancien poste frontière sur l'autoroute A22 entre la France et la Belgique. — M.LIBERT/20 MINUTES

« On se croirait dans un Benny Hill », commente un policier français. Deux agents du commissariat d’Ypres, en Belgique, ont été interceptés à Nieppe, mardi soir. Ils convoyaient dans leur fourgon 13 personnes migrantes, qu’ils comptaient déposer en France.

L’affaire a jeté un froid entre les autorités belges et françaises, cette pratique n’étant pas conforme aux traités, ni aux « habitudes de travail entre la France et la Belgique », a indiqué la préfecture du Nord.

Les deux agents interceptés étaient en tenue et utilisaient un véhicule siglé de la police belge. Ils ont été entendus au commissariat d’Armentières, où ils ont expliqué, selon M6Info, avoir agi « sur instruction » de leur hiérarchie.

« On a seulement donné un coup de main »

Trois mineurs figurent parmi les 13 personnes en situation irrégulière. Ils avaient initialement pénétré clandestinement dans un camion. Le conducteur du véhicule a voulu les signaler à la police. Las, alors qu’il venait de pénétrer en territoire belge, c’est la police française qu’il a eue au bout du fil.

Coopération transfrontalière oblige, les autorités des deux pays se sont retrouvés sur place, mais c’est le commissariat belge d’Ypres, sur ses terres, qui a récupéré la gestion de l’enquête.

Jusque-là, la procédure était normale. C’est ensuite que ça s'est gâté. Une fois terminé l’interrogatoire au commissariat, la police belge a choisi de refaire un bout de chemin aux migrants vers la frontière française. « On a seulement donné un coup de main. On ne voulait pas les relâcher dans une ville où ils ne connaissent rien juste avant la nuit », explique fraîchement un commissaire d’Ypres, au site d’information rtbf.be. Contactée, la police belge n’a pas répondu à nos sollicitations.

La préfecture du Nord, elle, indique que « les autorités françaises ont exprimé leur plus vive réprobation à la suite de cette initiative ». Les deux agents belges ont indiqué que ce type « d’initiative » avait déjà eu lieu par le passé. Interrogé par 20 Minutes, un membre syndicaliste policier dit toutefois « n’en avoir jamais entendu parler », tout comme un responsable associatif officiant au camp de migrants de Grande-Synthe.

Réunion franco-belge ce mercredi

En attendant, c’est bien la France qui a pris en charge les passagers. Les dix personnes majeures sont en « retenue administrative » le temps que leur situation soit examinée, et les trois mineurs ont été placés dans un foyer.

Représentants belges et français ont pu échanger de vive-voix sur le sujet, puisqu’un comité de suivi des accords franco-belges dits « de Tournai-II » était justement au programme. On ne sait pas si les officiers des deux pays ont fait un bout de chemin ensemble.