LOSC: «Il faut qu'on soit plus méchants», estime Julian Palmieri

FOOTBALL Le défenseur lillois a sa solution pour sortir son équipe de la spirale négative...

Francois Launay

— 

Julian Palmieri, le défenseur lillois. :POL EMILE / SIPA/SIPA/1608132337
Julian Palmieri, le défenseur lillois. :POL EMILE / SIPA/SIPA/1608132337 — SIPA

Cinq matchs, trois défaites et une 17e place au classement. Dire que le début de saison du LOSC est raté est un euphémisme. Après la défaite de son équipe samedi à Lorient (1-0), Frédéric Antonetti n’a pas hésité à parler de crise. Elle sera encore plus profonde si le club nordiste s’incline mardi à domicile (19h) face à Toulouse. Pour éviter ce scénario noir, Julian Palmieri, le défenseur arrivé cet été de Bastia, a une solution.

>> A lire aussi : Losc : Penalty cruel, jeu insipide, on peut parler de crise ?

Vu le début de saison, Lille est-il déjà au pied du mur avant d’affronter Toulouse ?

Ça commence à être urgent de gagner. On ne s’attendait pas à un tel début de saison. Le match contre Toulouse est très important sur le plan comptable mais aussi sur le plan psychologique. Il va falloir stopper ça. On est aussi des hommes et la fierté compte beaucoup. On ne s’attendait pas à ça.

Qu’est ce qui ne va pas à Lille ?

On n’est pas assez méchants. On manque un peu de personnalité. Il faut qu’on soit beaucoup plus sûrs de nous. On a un gros manque de confiance. Avant de retrouver de belles actions, il faut reprendre les bases dans l’agressivité. Tout va se remettre bientôt dans l’ordre mais il faut juste qu’on soit plus méchants. Dès mardi face à Toulouse, il va falloir mettre le bleu de chauffe.

Ça veut dire quoi être plus méchant ?

Ça peut se traduire dans la conquête du ballon. Il faut être plus caractériel. On joue bien par séquence mais je pense qu’on subit un peu trop l’adversaire. Il faut qu’on soit méchant dans le bon sens du terme. On doit appuyer sur la récupération du ballon quitte à faire de malheureuses fautes. Le foot, c’est un sport de contact donc il faut qu’on appuie un peu plus physiquement. On n’ose pas se lâcher. C’est un problème de confiance. Quitte à ce que ce soit un peu moins beau à voir, il faut être plus efficace.