Calais: Quand Xavier Bertrand se paie Laurent Wauquiez

POLITIQUE La pétition de Laurent Wauquiez, qui veut fédérer les opposants à la répartition en France des migrants de Calais, n’a pas plu à Xavier Bertrand…

Olivier Aballain

— 

Xavier Bertrand, président du conseil régional Hauts-de-France
Xavier Bertrand, président du conseil régional Hauts-de-France — O. Aballain

Promis juré, Xavier Bertrand ne veut plus « polémiquer ». Mais le président (LR) de la région Hauts-de-France ne prend pas de gants quand on aborde le projet de démantèlement de la « jungle » de Calais.

>> A lire aussi : Laurent Wauquiez lance une pétition contre «la création de "jungles" sur l'ensemble du territoire national»

Questionné ce lundi sur la position des élus locaux qui refusent l’accueil de migrants de la « jungle » sur leur territoire, Xavier Bertrand a fini par faire un parallèle entre la pétition de contestation lancée par Laurent Wauquiez, et l’association de « communes sans migrants » lancée par Steeve Briois, le maire FN d’Hénin-Beaumont.

« Quand des électeurs m’ont demandé, ce week-end, quelle différence il y avait entre la pétition de Monsieur Wauquiez [n°2 du parti Les Républicains] et l’association de Monsieur Briois, eh bien je n’ai pas su quoi leur répondre. Et ça me met mal à l’aise ».

Rencontre tendue avec Sarkozy mercredi ?

L’explication de texte était un peu plus loin : « Si certains électeurs [qui se sont reportés sur lui au 2e tour des régionales, face à Marine Le Pen] ne voient plus la différence entre la droite et l’extrême droite, il se pourrait que la prochaine fois ils restent à la maison ».

Plus généralement, le président des Hauts-de-France se dit attentif aux conditions du démantèlement, mais il prévient les responsables de son parti, et au premier chef les candidats à la primaire : « S’ils sont opposés à cette solution [du démantèlement], qu’ils me disent quelles solutions concrètes ils proposent pour régler le problème à Calais. Et je compte bien le demander mercredi à l’un d’eux [Nicolas Sarkozy] à l’occasion de sa venue à Calais ».

Xavier Bertrand assure n’avoir « pas choisi à 100 % » qui il soutiendra en vue de la primaire de son parti. Mais on sait déjà depuis longtemps qui il ne soutiendra pas.