Ludovic Milice se bat contre son ancien employeur, Toyota.
Ludovic Milice se bat contre son ancien employeur, Toyota. — G. Durand / 20 Minutes

JUSTICE

Nord: Il avait été viré après être allé aux toilettes pendant le discours de son PDG

Un salarié continue de se battre devant les tribunaux pour faire annuler son licenciement de Toyota pour avoir manqué le discours du président...

Sa détermination en devient touchante. Ludovic Milice, ancien salarié de Toyota à Onnaing, dans le Nord, se retrouvait, une nouvelle fois, devant les tribunaux, ce jeudi matin, à la chambre sociale de la cour d’appel de Douai. Il conteste toujours son licenciement survenu en octobre 2012, pour « non-respect des standards et insubordination ».

Embauché en 2004

La direction lui reproche de n’avoir pas assisté à un discours du président de Toyota, mais aussi, au même moment, d’avoir utilisé son téléphone portable et de n’avoir pas porté son casque dans la zone où, pourtant, la production était à l’arrêt, à cause des vœux du président. Lui assure qu’il est simplement allé aux toilettes pendant le discours. En novembre 2014, les Prud’hommes de Valenciennes avaient débouté Ludovic Milice de ses demandes. Il a fait appel.

>> A lire aussi : Toyota rappelle plus de 3 millions de véhicules, dont près de 55.000 en France

Embauché chez Toyota en 2004, il a été délégué syndical pendant trois ans avant de s’embrouiller avec le syndicat. Aujourd’hui sans emploi, il se retrouve donc seul contre la multinationale qu’il a déjà fait condamner, en janvier 2012, pour non-paiement d’indemnités de déplacement.

L’affaire était allée jusqu’en cassation et l’ouvrier avait dû faire appel à un huissier pour toucher l’argent. « Ils n’ont jamais admis cette condamnation. C’est pour ça qu’ils ont cherché à me virer », argumente-t-il.

Condamné pour discrimination syndicale

De fait, lorsqu’on déroule la chronologie des faits, on s’aperçoit qu’après cette condamnation, la direction de Toyota lui propose un départ négocié en juillet 2012. Proposition qu’il refuse. « Il doit même saisir l’inspection du travail pour que ses droits soient reconnus », plaide son avocate, Me Jennifer Hollebecque.

Selon elle, c’est aussi « son passé de syndicaliste qui est visé », mentionnant dans sa plaidoirie que « Toyota a déjà été condamné trois fois pour discrimination syndicale ». Pour Me Julie Vallez, avocate de Toyota, « les nombreuses sanctions disciplinaires dont il a fait l’objet auparavant » expliquent ce licenciement. « La maltraitance supposée n’est pas démontrée », ajoute-t-elle.

Aucun retrait de salaire

Le président recadre alors les débats : « M. Milice était-il présent, oui ou non, à ce discours, puisque c’est ce qu’on semble lui reprocher ? ». Aucune preuve qu’il n’y assistait pas. Et Ludovic Milice d’avancer un argument : « On ne m’a pas retiré une partie de mon salaire alors que c’est le cas lorsqu’on est en absence injustifiée, donc c’est bien la preuve que j’y étais ». Et que, peut-être est-il juste sorti pour aller aux toilettes ?

La décision sera rendue le 30 novembre. En attendant, Ludovic Milice vit du RSA et fait les vendanges dans la Marne pour gagner sa vie.