Un mur de 4 mètres sera construit à Calais pour empêcher les migrants d'accéder à la rocade.
Un mur de 4 mètres sera construit à Calais pour empêcher les migrants d'accéder à la rocade. — ALCALAY SARAH/SIPA

SOCIÉTÉ

Calais: Le mur anti-migrants est-il le signe d’un constat d’échec?

La maire de Calais s’interroge sur la pertinence de la construction de ce mur alors que la « jungle » doit être détruite…

Jeudi, la maire de Calais, Natacha Bouchart, a estimé que la construction d’un mur anti-migrants le long de la rocade portuaire n’avait « plus lieu d’être » après l’annonce du gouvernement de poursuivre le démantèlement de la « Jungle ».

« Si le démantèlement de la ''Jungle'', comme annoncé par le ministre, s’avère effectif dans les semaines à venir, un mur végétalisé n’a plus lieu d’être », a affirmé la maire LR de Calais lors d’une conférence de presse.

« Une image environnementale négative »

« Il est incohérent et incompréhensible d’annoncer en Angleterre le financement et le démarrage de l’édification du mur végétalisé alors que la semaine dernière, le ministre de l’Intérieur a confirmé le démantèlement rapide de la jungle nord », a ajouté la maire de Calais. L’élue a aussi précisé qu’une telle construction « contribuerait à donner une image environnementale négative supplémentaire de la ville aux milliers de touristes et voyageurs ».

>> A lire aussi : Barrages sur l'A16 levés après les annonces de l’État sur la «Jungle»

D’un coût de 2,7 millions d’euros financés par Londres, le mur, haut de quatre mètres et long d'un kilomètre, doit être construit par les services français de la Direction interdépartementale des routes (DIR), le long de la route nationale 216 qui conduit au port de Calais. Il est destiné à empêcher les migrants de s’introduire sur la rocade portuaire et de grimper sur les camions en route vers le Royaume-Uni.