Lille: Le procès du banditisme de quartier va durer trois semaines

JUSTICE Sept accusés sont jugés à partir de ce lundi pour des affaires de règlements de compte et de braquages sur fond de trafic de drogue et de rivalité entre bandes rivales, à Lille-Sud…

G.D.

— 

Entrée des Assises du Nord à Douai, le 1er septembre 2014
Entrée des Assises du Nord à Douai, le 1er septembre 2014 — O. Aballain

Enlèvements, tortures, règlements de compte et mitraillage au fusil d’assaut… C’est un procès du banditisme qui s’ouvre, ce lundi, aux Assises du Nord, à Douai. Sur le banc des accusés, sept accusés sont soupçonnés d’avoir sévi dans le quartier de Lille-Sud, sur fond de rivalité entre bandes rivales et de trafic de stupéfiants, selon La Voix du Nord.

Une audience à huis clos ?

La liste des méfaits est longue et le procès doit durer trois semaines. Deux des accusés étaient mineurs au moment des faits, l’audience pourrait donc se tenir à huis clos.

>> A lire aussi : Un trafic de stupéfiants démantelé à Lille Sud

Les affaires datent de 2011. Il est notamment reproché des violences sur le parking du CHR, le 4 septembre, l’attaque du snack Le Palais, rue du Faubourg des Postes, le 8 octobre ou encore le braquage du fourgon de la Poste pour un montant de 230.000 euros, le 22 décembre.

Menaces de mort et initimidations

Dans l’ordonnance de renvoi, le juge d’instruction parle de la « terreur » qui a plané sur l’enquête, au point que la justice craint que des témoins n’osent pas se présenter au tribunal. L’enquête a été émaillée de menaces de mort, de revirements et d’intimidation en tout genre sur les habitants de ces quartiers.