Lille: Vers la fin des courses de la Braderie?

ATHLETISME Annulé cette année, l'événement n'est pas sûr d'avoir lieu en 2017 en raison des coûts de sécurité...

Francois Launay

— 

Les courses de la braderie 2016 sont annulées.
Les courses de la braderie 2016 sont annulées. — M.Libert/20 Minutes

Un week-end vraiment pas comme les autres. Depuis 30 ans, le premier samedi de septembre est le grand jour de l’année pour l’association de promotion des événements sportifs lillois (APESL). Cette bande de passionnés organise les courses de la Braderie depuis 1985. L’an dernier, avec 15.000 inscrits sur le semi-marathon et le 10 km, le record de participation avait même été battu.

>> A lire aussi : Lille : Les courses de la braderie à leur tour annulées

Un manque à gagner de 150 000 euros

Sauf qu’avec l’annulation de la Braderie 2016, les courses n’ont pas eu lieu cette année. « On était au courant depuis un mois donc on avait eu le temps de s’y préparer. Mais c’était très particulier et très calme cette année », reconnaît Paul Besson, le président de l’association.

Surtout que l’annulation n’a pas eu que des conséquences sportives et affectives. Avec les courses de la Braderie, l’association récupérait 150.000 euros soit un tiers de son budget annuel. Un gros manque à gagner que l’APESL essaie de récupérer par différents moyens. « Heureusement qu’on avait de l’argent de côté. On a un trésor de guerre car on sait, par expérience, que des courses peuvent être annulées au dernier moment. Mais ça ne suffit pas », lâche Paul Besson.

Des frais de sécurité trop importants

Aujourd’hui, il manque 50.000 euros à l’association pour boucler son budget. Pour y arriver, l’APESL a écrit aux collectivités locales pour qu’une partie de subventions prévues pour 2017 soit avancée. Pour l’instant, aucune réponse n’est encore arrivée.

Surtout, il faudrait que l’association puisse vraiment organiser les courses l’an prochain. Normalement, la Braderie devrait retrouver ses droits en 2017 dans les rues de Lille. Mais ça ne veut pas dire que le semi-marathon fera son retour. La faute au contexte actuel qui demande des frais de sécurité très importants pour organiser des événements en plein air.

Une édition 2017 en suspens

« On aurait pu maintenir la course cette année mais il aurait fallu dépenser 375.000 euros rien que pour la sécurité. Il fallait mettre des blocs de béton sur chaque rue qui rencontre le parcours, doubler le nombre de vigiles, badger les 5.000 habitants des maisons situées sur le parcours… C’est de la folie douce. Si on nous demande la même chose l’an prochain, on arrête », affirme Paul Besson.

Paradoxe de la situation, 7.000 personnes sont déjà inscrites pour 2017. Des coureurs qui avaient validé leur inscription avant l’annulation des courses il y a un mois. Si elles ont déjà leur dossard pour l’an prochain, pas sûr que ces joggeurs puissent retrouver les pavés lillois l’an prochain…