Non-braderie de Lille: Moins de monde, mais du monde quand même

SOCIETE L’esprit festif était présent ce week-end de non-braderie à Lille. Il ne manquait que les chineurs et les bradeux…

Gilles Durand

— 

Le traditionnel tas de moules a changé de place, mais pas d'odeur, à Lille.
Le traditionnel tas de moules a changé de place, mais pas d'odeur, à Lille. — G. Durand/20 Minutes

Moins de monde, mais du monde quand même. Depuis la décision, prise début août, d’annuler l’édition 2016 de la braderie, la question se posait de savoir comment Lille allait vivre ce premier week-end de septembre. Finalement, les rues ont revêtu, malgré tout, un air de fête, surtout vendredi soir et samedi.

Le soleil, clé du succès

Braderie ou non, les clés du succès sont souvent tenues par la météo. Ainsi, cette non-braderie a-t-elle été marquée par un beau soleil jusqu’à samedi soir. Dimanche, la pluie matinale et la grisaille ont quelque peu refréné les ardeurs. Nombre de boutiques avaient, de plus, choisi de rester le rideau baissé. « Vous savez quand il ouvre ce magasin ? », demande une famille à un badaud. « Aucune idée ». En revanche, ce lundi, l'opération braderie se poursuit chez les commerçants.

>> A lire aussi : Contre l’annulation de la braderie, la résistance s’organise

Pourtant, les restaurants affichaient souvent complet, en ce dimanche midi. « On a eu davantage de monde qu’un dimanche normal, mais moins qu’un jour de braderie quand même », avouait la serveuse d’un restaurant du Vieux-Lille. Idem pour les bars qui avaient, par ailleurs, fait le plein, samedi.

Le tas de moules s’est dressé

Dès vendredi soir, les rues de Lille, noires de monde, se sont, en effet, placées sous le signe de la fête et des concerts. Certes, les bradeux étaient confinés chez eux, mais les boutiques avaient joué le jeu, proposant les traditionnelles promotions.

Cette non-braderie a donc tenu quelques promesses. A commencer par l’érection du célèbre tas de moules, délaissé cette année, de toute façon, par le restaurant Aux Moules. ce dernier avait mis la clé sous la porte, en février 2016.

Des apéros nocturnes

Samedi soir, la jeunesse y a même trouvé son compte dans le secteur du Vieux-Lille, rendu partiellement piéton. L’arrêté préfectoral interdisant « la vente de boissons alcoolisées à emporter et la consommation de boissons sur la voie publique dans des contenants en verre » a fait un tabac. L’espace de verdure, face à la place Louise-de-Bettignies, était rempli de petits groupes qui prenaient un apéro nocturne avec leur propre bouteille, sous les yeux impassibles des forces de l’ordre.

Un stand à mojito et punch était même installé en plein milieu, au mépris de toutes les réglementations. « Je fais ça tous les ans, argumentait le gérant de ce bar éphémère. Il n’y a aucune raison que les commerçants aient le droit de vendre et pas nous ». C’est ça aussi, l’esprit braderie !