Calais : Démantèlement d'un réseau de passeurs par canot

MIGRANTS Quatre personnes, dont trois Français, sont soupçonnées d’avoir touché de l’argent pour aider des migrants à gagner clandestinement l’Angleterre…

O.A. avec AFP

— 

Illustration de la police aux frontière (PAF), ici à Toulouse en 2006.
Illustration de la police aux frontière (PAF), ici à Toulouse en 2006. — Frederic Scheiber/20 Minutes

Quatre personnes, trois Français et un Iranien, ont été interpellées à la mi-août, soupçonnées d’avoir organisé le passage de migrants depuis Calais vers l’Angleterre, en canot ou par voie terrestre.

>> A lire aussi : Calais: Pourquoi le nombre de migrants a bondi cet été

Les éléments de l’enquête ont été détaillés à l’agence AFP par la Police aux frontières (PAF). Parmi les suspects figure notamment un couple, pris en flagrant délit au port de Calais alors qu’il cachait un réfugié dans le coffre d’une voiture particulière. Ils ont été écroués le 22 août dans le cadre d’une procédure pilotée par le procureur de Boulogne-sur-Mer.

Les policiers ont également récupéré auprès d’eux une somme de 16.000 livres (18.600 euros) en liquide.

Les Français interpellés sont originaires de Calais et Boulogne-sur-Mer. Les mis en cause sont âgés de 23 à 44 ans

Plusieurs semaines d’enquête avec surveillance téléphonique

L’enquête avait démarré depuis plusieurs semaines. Une surveillance téléphonique avait été mise en place au début du mois de juin, ce qui conduit aujourd’hui la PAF à attribuer au réseau plusieurs tentatives de passages.

Les trajets s’effectuaient par voie maritime ou terrestre (via les navettes empruntant le tunnel sous la Manche, probablement). « Selon nos éléments, ils sont derrière le passage d’une embarcation de six migrants arrêtée en juin aux larges des côtes de Calais, puis d’une autre avec trois occupants à bord, mais aussi de trois individus cachés dans des coffres de voiture », a précisé la PAF.

Selon les enquêteurs, ces passeurs achetaient des « petites embarcations », notamment pneumatiques, qu’ils fournissaient aux migrants contre rémunération. Ce dernier point est capital pour l’enquête : « Cela prouve qu’il s’agit d’une véritable filière organisée et non de personnes qui opèrent de manière occasionnelle », a expliqué la PAF.

Les traversées par la mer restent un phénomène » marginal »

Cependant, même si ces dernières semaines plusieurs embarcations de migrants ont été interceptées alors qu’elles tentaient de rejoindre l’Angleterre depuis les côtes françaises, ce phénomène resterait, selon la PAF, « encore marginal ».

>> A lire aussi : Migrants sauvés dans la Manche, deux Britanniques inculpés

Le détroit du Pas de Calais est réputé comme l’un des plus dangereux au monde, du fait de la force de ses courants et de sa fréquentation importante, par des navires ralliant les ports du nord de l’Europe. En outre, d’après la PAF, les prix demandés par les passeurs y sont « très élevés ».

Depuis le début de l’année, 28 filières d’immigration illégale vers le Royaume-Uni ont été démantelées et 560 passeurs interpellés (contre 18 filières et 738 passeurs pour l’ensemble de l’année en 2015), selon la préfecture du Pas-de-Calais.