Chaleur: Lille bat un nouveau record, dans un nuage de pollution

ENVIRONNEMENT A Lille, la pollution s'invite pendant que des records de chaleur ont été enregistrés pour la 2e journée consécutive...

Olivier Aballain

— 

Des panneaux d'alerte de pollution atmosphérique à Lille.
Des panneaux d'alerte de pollution atmosphérique à Lille. — M.Libert/20 Minutes

Personnes sensibles, s’abstenir. Alors que la station de Lille-Lesquin a allègrement battu un nouveau record absolu de chaleur pour un 25 août (35,3°C au lieu de 33,1°C en 2001), Atmo Nord-pas-de-Calais a déclaré une pollution aux particules fines et à l’ozone.

>> A lire aussi : Lille: Record de chaleur largement battu le 24 août

Selon l’organisme de surveillance de la qualité de l’air, la concentration en poussières dans l’atmosphère a dépassé, ce jour-là, le premier seuil réglementaire de 50 microgrammes par mètre cube d’air (µg/m³), et le niveau d’ozone a franchi la limite de 180 µg/m³.

Circulation automobile et fort ensoleillement

La pollution à l’ozone, qui se forme à partir des gaz rejetés par la circulation automobile et l’industrie, est favorisée par les fortes chaleurs et un ensoleillement intense. Ces conditions devant perdurer ce vendredi, Atmo prévoit que le seuil de concentration en ozone restera supérieur à la valeur réglementaire de 180 µg/m³ d'air.

Le niveau de concentration en particules, lui, devrait repasser sous la valeur réglementaire dès la journée du 26 août. Mais dans la métropole lilloise, les poussières en suspension ont encore largement dépassé le 2ᵉ seuil d’alerte de 80 µg/m³ ce vendredi matin (113 µg/m³ à 7h à Lille-Fives). Une légère brume pouvait d’ailleurs être observée sur la capitale des Flandres.

>> A lire aussi : Lille: Les conseils d'un pneumologue pour atténuer les effets de la pollution

Deux records de chaleurs en deux jours

L’ozone est un gaz irritant pour les muqueuses (parois internes) respiratoires, notamment dans les poumons, et peut donc favoriser la survenue de crise d’asthme. Les particules, elles, ont un effet néfaste à la fois à court terme pour les personnes sensibles, (maladies respiratoires et cardiovasculaires), et à long terme.

Après deux jours de records consécutifs (34,5°C mesurés le 24 août à Lille), le thermomètre devrait heureusement retrouver des valeurs moins extrêmes ce vendredi avant de repasser au-dessus de 30°C samedi (le record à battre à Lille pour un 27 août date de 1964, avec 31,6°C).