Politique : La Somme supprime 730.000 euros d’aide à la cantine

POLITIQUE Les élèves défavorisés des écoles élémentaires de la Somme vont devoir se passer de 730.000 euros d’aide…

Olivier Aballain
— 
Enfants à la cantine en Loire-Atlantique
Enfants à la cantine en Loire-Atlantique — J. Urbach/ 20 Minutes

Le conseil départemental a tranché (dans le rôti). A la rentrée, la majorité de droite et du centre, qui dirige le département de la Somme, s’apprête à supprimer l’aide à la cantine pour les écoliers du primaire et de maternelle. Environ 7.000 familles modestes devront se passer des 35 euros par enfant et par trimestre qui étaient versés, sous cette forme, depuis 2009.

Pour le département, l’économie sera d’environ 730.000 euros par an d’après l’agence AFP,qui détaille une mesure votée par les élus au mois de février.

Une situation qui a changé

Interrogé par 20 Minutes, Jean-François Alapetite, le directeur de cabinet du président (LR) du conseil départemental, précise que la mesure supprimée « avait été mise en place il y a très longtemps, pour les élèves de milieu rural qui devaient aller à l’école à la ville, et ne pouvaient rentrer chez eux à midi ». « Aujourd’hui, poursuit le directeur de cabinet, on n’est, à l’évidence, plus dans la même situation ».

L’aide à la cantine des écoliers était versée sous conditions de ressources : à titre d’exemple, en 2015, pour en bénéficier, une famille de quatre personnes dont deux enfants devait avoir des revenus inférieurs à 1.995 euros par mois.

Une aide qui n’était plus dans son domaine de compétences

Le conseil départemental fait valoir qu’il n’a plus, depuis la loi NOTRe de 2015, la clause de « compétence générale » qui lui permettait de maintenir une aide en dehors de son domaine de compétence, or les écoles élémentaires dépendent de l’État et des communes. En revanche, le département a prévu de maintenir l’aide prévue pour les boursiers des collèges, lesquels font partie de ses attributions.

Interrogée par l’AFP, une porte-parole du conseil départemental concède qu’une aide aux écoliers aurait pu être maintenue au titre de l’aide sociale, mais les « difficultés financières » du département en ont décidé autrement. « Ce sont des choix politiques », commente Jean-François Alapetite.


Amiens : suppression des aides municipales pour la cantine

La ville d’Amiens, où des familles recevaient 300.000 des 730.000 euros ainsi distribués, ne comblera pas ce vide, a prévenu sa maire (UDI) Brigitte Fouré. L’édile s’engage en revanche à ce que le Centre communal d’action sociale (CCAS) reçoive au cas par cas les parents qui ne pourraient pas payer la cantine, afin de trouver des solutions.

Pour 2016, le département de la Somme a voté des économies à hauteur de 14 millions d’euros, pour se cantonner à un budget de fonctionnement de 677 millions d’euros.