Nord: Les migrants ont (encore) fait barrage sur l'autoroute

RÉFUGIÉS A Grande-Synthe, plus d'une centaine de migrants ont envahi l'autoroute A16 pour tenter de pénétrer dans des camions à destination de l'Angleterre...

Olivier Aballain

— 

L'autoroute A16 en arrière plan du camp de Grande-Synthe
L'autoroute A16 en arrière plan du camp de Grande-Synthe — O. Aballain / 20 Minutes

Le camp de migrants de Grande-Synthe n’est pas sur la bonne voie. Plus d’une centaine d’individus ont bloqué la circulation sur l’autoroute A16 à partir de 17h mercredi, en lançant des projectiles pour effrayer les conducteurs. La circulation n’a pu etre rétablie dans les deux sens qu’à 18h30, après l’intervention des CRS.

D’après la Voix du Nord, des migrants provenant du camp dit de La Linière ont d’abord profité de la panne d’un poids-lourd pour se rendre sur la chaussée et accentuer le ralentissement du trafic. Quand les CRS sont arrivés, ils tentaient même de forcer des camionneurs à ouvrir leur remorque. Ils espèrent ainsi passer clandestinement en Angleterre.

Trois incidents en trois jours

C’est le troisième incident grave, en lien avec le camp, qui se produit cette semaine. Dans la nuit de dimanche à lundi, deux hommes avaient été blessés à l’arme blanche dans le camp, puis deux autres ont été blessés par balles le lendemain.

>> A lire aussi : Migrants : Deux blessés par balle dans le camp de Grande-Synthe

Le camp de La Linière a été ouvert en mars par l’ONG Médecins Sans Frontières, avec le soutien de la ville de Grande-Synthe et de la communauté urbaine de Dunkerque, pour remplacer le bidonville insalubre installé au Basroch, un secteur de Grande-Synthe plus proche du centre-ville.

Établi aux normes humanitaires internationales, il héberge actuellement environ 800 migrants, deux fois moins qu’au début du mois de mai. Sa gestion a été transférée à l’État, qui a pris le relais de l’association Afeji, en mai.