Arrêté anti-burkini: Le député-maire du Touquet veut «faire preuve de fermeté»

RELIGION Entretien avec le député-maire LR du Touquet, Daniel Fasquelle, qui veut interdire le burkini sur les plages de sa commune…

Olivier Aballain

— 

Daniel Fasquelle, député-maire (LR) du Touquet (Pas-de-Calais)
Daniel Fasquelle, député-maire (LR) du Touquet (Pas-de-Calais) — WITT/SIPA

Son opposition trouve son initiative « ridicule » car on n’a pas vu de Burkini sur les côtes nordistes, mais Daniel Fasquelle n’en démord pas : Le député-maire (LR) du Touquet, soutien de Nicolas Sarkozy, va prendre un arrêté interdisant le port du burkini sur les plages de sa commune. Il s’en explique auprès de 20 Minutes.

>> A lire aussi : Polémique: Le maire (LR) du Touquet veut aussi un arrêté anti-burkini

S’il n’y a pas encore eu de burkini sur les plages du Touquet, ne craignez-vous pas d’en attirer avec cet arrêté ?

Si on raisonne comme cela, alors on ne peut plus fixer de règles dans notre société, par crainte de les voir transgressées. Je crois plutôt qu’il faut faire preuve de fermeté face à une pratique qui, au-delà du religieux, est aussi politique.

Quelles seront les motivations de votre arrêté ?

Il s’agit d’abord d’améliorer la sécurité de nos concitoyens. Le ministère de l’Intérieur a accepté d’armer les CRS qui surveillent nos plages, nous y avons installé la vidéosurveillance permanente, mais il faut aussi éviter que des personnes soient sur la plage avec le corps et le visage cachés, sinon… L’arrêté que je veux prendre fournira des moyens juridiques aux forces de l’ordre pour y mettre fin.

Pourtant la plupart des burkinis couvrent le corps sans dissimuler le visage, non ?

Je ne sais pas… Moi ce que je veux c’est empêcher que l’on puisse se dissimuler sur la plage. Il y a quelques jours nous avons eu une famille qui s’est installée sur la plage avec des femmes qui se dissimulaient sous une grande tente. Ce n’est pas acceptable.

Votre arrêté sera donc assez large pour viser aussi les hommes qui resteraient habillés avec des vêtements amples ?

Oui, c’est ça. Mais sur le burkini à proprement parler, je rejoins la position de mon collègue maire de Cannes (David Lisnard, LR), qui évoque la possibilité d’un trouble à l’ordre public. Il y a en ce moment un climat particulier, et il convient d’éviter les signes religieux ostentatoires.

Justement ne craignez-vous pas de mettre de l’huile sur le feu dans ce « climat particulier » ?

Vous pourriez aussi poser la question au maire de Oye-Plage (Olivier Majewicz, PS), qui veut prendre un arrêté similaire dans le Pas-de-Calais. On accepte bien l’interdiction faite aux hommes de se promener torse nu en centre-ville, pourquoi on ne pourrait pas fixer cette règle-là ? Ma femme est née à Tanger, au Maroc, et là-bas pour ne pas choquer il y a des précautions de langage, de tenue… La France serait le seul endroit au monde où on ne pourrait pas le faire ? Ce que je regrette, c’est que le sujet ne soit pas traité au niveau national, et que l’État laisse les maires du littoral seuls face à cette problématique.